Recherche

Sur les plages, les Marocaines n’échappent pas aux regards insistants ou désapprobateurs

Piscine de Rabat (photo : AFP)

17 août 2019 - 09h40 - Société

En l’absence de plages où elles se sentiraient en toute sécurité, les femmes marocaines se ruent vers la nouvelle piscine de Rabat pour leur détente.

"Ici, il n’y a pas de harcèlement !", confie Sanae une jeune femme marocaine. Nombre de ses concitoyennes ont enfin trouvé leur lieu de détente : la nouvelle piscine de Rabat. Là-bas, elles ont la détente qu’elles ne trouvent plus sur les plages, mais n’échappent pas aux regards insistants ou désapprobateurs, rapporte l’AFP.

"Se baigner à la plage n’est plus un loisir pour une femme : j’ai été harcelée juste parce que je portais un maillot de bain. Heureusement que mon mari était là", soupire cette mère de famille de 36 ans. Celle-ci a fait 150 kilomètres pour profiter de la piscine publique inaugurée en début juillet.

Amal, 18 ans, est venue avec des amies, sans escorte masculine. Elle renchérit : "Les plages sont devenues désagréables". Son espoir, c’est que "les femmes récupèrent un jour leur place sur le sable et le droit de porter ce qu’elles veulent".

Pour sa part, la sociologue, Soumaya Naamane Guessous, remonte dans l’histoire. "Le phénomène est apparu sur certaines plages de Casablanca dans les années 1990. L’opinion publique n’a pas réagi", se remémore-t-elle, notant que "c’est une régression principalement liée à la propagation des idées salafistes importées de l’étranger". Elle ajoutera que "la tendance est devenue si conservatrice et si banale que les femmes en maillot de bain subissent des regards critiques ou même des commentaires dégradants d’autres femmes".

Fort de ce constat, la sociologue reste persuadée que le salut viendrait d’un changement des mentalités. La militante féministe déplore que ce phénomène "touche l’espace public en général" au Maroc.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact