Maroc-Algérie : le cri de détresse des familles pour l’ouverture de la frontière

11 novembre 2021 - 09h40 - Ecrit par : G.A

27 ans que la frontière entre le Maroc et l’Algérie reste hermétiquement fermée et n’est ouverte que de façon exceptionnelle, à de rares occasions. Un coup dur pour de nombreuses familles tant marocaines qu’algériennes, qui doivent se contenter de voir leurs proches de loin sans pouvoir les toucher.

« On est si près mais si loin », soupire la Marocaine Fatima Chaaoufi en regardant au loin le village algérien où vivent ses proches, qu’elle n’a plus revus depuis des années. Comme Fatima, beaucoup n’en peuvent plus de cette discorde entre les deux alliés d’hier, aujourd’hui divisés sur de nombreux points.

À lire : Frontières Maroc-Algérie : nouvel appel du roi Mohammed VI

En 1994, lorsque l’Algérie fermait la frontière, personne n’avait pensé que plus de 25 ans après, la situation serait toujours ainsi. Fatima n’a pas pu se rendre aux obsèques de son frère cadet décédé et enterré il y a un mois dans un village algérien situé non loin d’Oujda, rapporte TV5 Monde.

À lire : Les Algériens ont manifesté pour l’ouverture des frontières avec le Maroc

« Quand j’ai appris sa mort, je n’ai pas pu me contrôler. J’ai couru jusqu’aux barbelés (de la frontière). On a essayé de me retenir mais c’était plus fort que moi », raconte-t-elle au bord des larmes. « J’ai regardé de loin le cortège funèbre, impuissante et en pleurs, alors que j’aurais pu y être si la frontière n’était pas fermée », précise-t-elle.

À lire : Près de 70% des Marocains défavorables à l’ouverture des frontières avec l’Algérie

« Quel dommage de voir deux peuples frères séparés par des décisions politiques », déplore Bachir Chaouch, né en 1951 à El Amria, en Algérie, mais rentré à Oujda avant l’indépendance de l’Algérie en 1962. Il condamne une décision absurde qui lui a fait perdre une partie de sa famille. « Pourtant, avant (1994), c’était différent, on allait voir nos familles, les affaires se portaient bien, jamais on aurait pensé qu’on en arriverait là », confie-t-il, nostalgique.

À lire : Le Maroc se dit prêt à rouvrir ses frontières avec l’Algérie

Ceux qui vivaient principalement de la contrebande, se souviennent encore de la bonne ambiance qui régnait à la frontière entre les deux pays. « C’était la belle époque. On travaillait des deux côtés de la frontière en ramenant du carburant d’Algérie et en vendant là-bas des vêtements », raconte Mohamed Haddouri. Depuis de nombreuses années, il n’a plus eu la chance de revoir sa famille. « Aujourd’hui, on vivote en élevant du bétail, mais ce n’est pas assez pour faire vivre mes enfants ».

Tags : Algérie - Diplomatie - Frontières Maroc - Algérie - Crise entre l’Algérie et le Maroc

Aller plus loin

Près de 70% des Marocains défavorables à l’ouverture des frontières avec l’Algérie

En tout, 67 % des Marocains ne sont pas favorables à l’ouverture des frontières avec l’Algérie, un souhait exprimé par le roi Mohammed VI dans le discours prononcé à l’occasion de...

Un parti algérien demande l’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie

Le parti d’opposition algérien, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), vient de demander l’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie, à l’occasion d’un...

La question des Marocains bloqués à l’étranger arrive au parlement

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS, opposition) à la Chambre des représentants, a adressé des correspondances au Parlement et au chef de la...

L’Algérie construit un mur d’une hauteur de 3,5 mètres à sa frontière avec le Maroc

Les autorités algériennes ont commencé la construction d’une clôture à la frontière avec le Maroc, parallèlement à celle construite par le royaume.

Nous vous recommandons

Discours du roi Mohammed VI ce soir

Le roi Mohammed VI s’adressera ce vendredi soir aux Marocains à l’occasion du 68ᵉ anniversaire de la révolution du roi et du peuple.

Slimane célèbre le baptême de sa fille à Marrakech

Trois mois après la naissance de sa fille, le chanteur Slimane a choisi la ville de Marrakech pour y célébrer mercredi, le baptême d’Esmeralda.

L’Algérie se retire d’une réunion à cause de la carte du Maroc intégrant le Sahara

Noureddine Khaldi, directeur général des Douanes algériennes et les membres de sa délégation ont écourté dimanche leur participation à une réunion des Douanes de la région MENA à cause de l’utilisation de la carte du Maroc intégrant le...

L’adultère serait derrière le carnage de Settat

Un Marocain résidant en Italie a abattu mercredi dernier, sa femme, son frère et son neveu dans la région de Settat. Le mis en cause aurait découvert que son épouse entretenait des relations sexuelles avec son frère et son...

Espagne : saisie d’un narco-drone dédié au transport du cannabis marocain

Un narco-drone chargé de transporter du cannabis depuis le Rif marocain jusqu’aux plages andalouses a été saisi en Andalousie. En tout, une dizaine de personnes arrêtées à Orléans et en Espagne.

Royal Air Maroc intègre officiellement Oneworld

Royal Air Maroc a annoncé lundi qu’elle fait désormais partie du prestigieux réseau Oneworld, qui regroupe les principales compagnies aériennes du monde connues pour leurs services et prestations de...

Naim, le deuxième garçon de Hiba Abouk et Achraf Hakimi, est né

Hiba Abouk a annoncé la naissance de son deuxième enfant avec Achraf Hakimi. C’est un garçon et il se prénomme Naim.

Marrakech : les professionnels de l’évènementiel lancent un cri de détresse

Quelques semaines après la réouverture des frontières aériennes, les professionnels de l’évènementiel à Marrakech demandent d’autoriser les grandes manifestations.

Béni Mellal : débandade générale, un nouveau marié arrêté

Alors qu’il célébrait sa fête de mariage à Beni Mellal, un nouveau marié a été arrêté puis placé en garde en vue à la gendarmerie, où il passa la nuit. Il lui est reproché d’avoir foulé aux pieds les mesures restrictives édictées afin de freiner la propagation du...

Des bateaux espagnols autorisés à pêcher dans les eaux marocaines

Quatre bateaux de pêche espagnols, basés dans le port de Barbate, ont été autorisés à reprendre leurs activités de pêche dans les eaux marocaines, après avoir rempli les formalités nécessaires à Tanger.