Mafia de l’immobilier à Fès : report du procès du député Rachid El Fayek

6 avril 2022 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

Aussitôt ouvert mardi au tribunal de Fès, le procès du député Rachid El Fayek et ses coaccusés, a été reporté au 26 avril, à la demande de la défense.

Impliqué dans plusieurs affaires de corruption, de détournement de fonds, de gaspillage de fonds publics, de falsification de documents officiels et d’abus d’influence, El Fayek est poursuivi en état d’arrestation.

Dans une intervention devant les médias présents sur place, son avocat, Me Khalid El Bakkali, a déclaré qu’il a déposé lors de l’audience tenue en visioconférence une demande de sa libération, « en raison de la détérioration de son état de santé », soulignant qu’un procès équitable nécessite le suivi de son client soit libéré.

A lire : Ce que l’on reproche au député arrêté à Fès

Pour sa part, Maître Jawad Gnaoui, avocat au barreau de Fès a plaidé pour la remise en liberté provisoire de son client, soulignant que « le parlementaire Rachid El Fayek et son frère, Jawad, présentent toutes les garanties de leur présence à la prochaine audience… ». Ce dernier a également exigé la libération provisoire de la secrétaire d’El Fayek.

Sujets associés : Fès - Droits et Justice - Corruption - Meknès - Procès

Aller plus loin

Ce que l’on reproche au député arrêté à Fès

Les malversations du député Rachid El Fayek et de son frère, président du Conseil préfectoral de Fès, ont été révélées au grand jour après des enquêtes menées par la Brigade...

Fès : nouveau report du procès de Rachid El Fayek

Encore un autre report du procès dans lequel 16 personnes sont poursuivies pour leur implication présumée dans une affaire de spoliation foncière dans la commune d’Ouled Tayeb,...

Corruption au Maroc : 8 ans de prison pour le député Rachid El Fayek

Ça se complique encore pour le député Rachid El Fayek, qui vient de voir sa peine aggravée par la Cour d’appel de Fès dans le cadre de l’affaire de corruption et falsification...

Maroc : un député condamné à 6 ans de prison

Poursuivi dans une affaire de spoliation foncière dans la région de Fès, le parlementaire RNI Rachid El Fayek a été condamné mercredi à 6 ans de prison ferme pour « corruption,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.