La fin de Hamid Chabat ?

17 mai 2013 - 19h56 - Maroc - Ecrit par : J.L

"Les employeurs de Hamid Chabat, patron de l’Istiqlal savent aujourd’hui que leur poulain est incapable de se conformer aux règles établies". A l’Istiqlal l’on qualifie même la décision du parti de se retirer du gouvernement d’initiative d’amateur, rapporte l’hebdomadaire Al Ousboue.

"L’Istiqlal n’aurait jamais osé provoquer une crise politique au pays, alors que le Roi Mohammed VI est à l’étranger. Ce ne sont pas les traditions du parti", affirme Abdelouahed El Fassi à Al Ousboue, précisant que "le retrait du gouvernement n’a jamais été à l’ordre du jour du conseil national de l’Istiqlal".

"Le retrait du gouvernement est organisé constitutionnellement par l’article 42, et concerne un retrait individuel des ministres. (...). Une telle initiative devrait prendre en considération le travail des ministres istiqlaliens, qui sont tenus par le pacte de la majorité avec le premier ministre", renchérit El Fassi.

Hicham Abdellaoui, coordinateur du courant pro-Abdelouahed El Fassi, qualifie de grave la décision de la jeunesse du parti de diffuser "une déclaration accusant le gouvernement de comploter contre l’intégrité territoriale du pays".

Pour Allal Mahnine, membre du même courant istiqlalien, Hamid Chabat a démontré par cette décision qu’il n’avait pas l’étoffe d’un homme d’Etat, ajoutant que l’on ne pouvait pas mettre en jeu le sort de tout un pays, pour les intérêts d’une poignée de personnes.

Latifa Bennani Smires, istiqlaliene pro-Abdelouahed El Fassi confie à Al Ousboue que la décision du retrait de l’Istiqlal du gouvernement menace l’unité nationale, estimant que pour se retirer de l’exécutif Benkirane, il fallait tout simplement que les ministres istiqlaliens démissionnent.

Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement et patron du Parti Justice et Développement (PJD), s’était refusé à tout commentaire quant à ce qui concerne la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, avant de déclarer mardi qu’il ne cèderait pas au chantage.

Abdellah Bouanou, président du groupe PJD au Parlement a affirmé jeudi que l’initiative de Chabat menace la stabilité des institutions étatiques. Adelaziz Aftati, trublion député du PJD, a quant à lui accusé l’Istiqlal de vouloir prendre en otage le Parlement, estimant que ceux qui sont derrière cette initiative, veulent boycotter l’action du gouvernement, car elle menace les intérêts qu’ils ont accumulés depuis plusieurs décennies.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane - Hamid Chabat - Abdelaziz Aftati - Abdelouahed El Fassi - Hicham Abdellaoui

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.