Fitch Ratings note l’économie marocaine

23 octobre 2023 - 08h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Les notations « BB+ » du Maroc s’appuient sur plusieurs éléments, dont des politiques macroéconomiques saines qui renforcent la résilience aux chocs, un soutien important des créanciers officiels, une composition favorable de la dette et des réserves de liquidités confortables, souligne Fitch dans une note publiée vendredi, notant toutefois que ces facteurs favorables sont contrebalancés par des indicateurs de développement et de gouvernance inférieurs à ceux des pays pairs, un déficit budgétaire et une dette publique élevés, ainsi qu’une vulnérabilité du pays vis-à-vis des conditions météorologiques défavorables.

À lire : Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Selon l’agence américaine, l’impact économique du puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a ravagé l’ouest du Maroc sera limité en 2023, puisque ces régions n’abritent pas de centres d’activité industrielle clés tels que le secteur de l’industrie automobile. Toutefois, il n’est pas exclu que le séisme perturbe la reprise du tourisme – sans grand impact-, car les recettes étaient déjà supérieures au niveau d’avant la pandémie de Covid-19 : 71,4 milliards de dirhams à fin août, en hausse de 32,5 % en glissement annuel.

À lire :Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch prévoit un déficit budgétaire de 5 % du PIB en 2023, contre 5,2 % en 2022. « Nous prévoyons que le déficit diminuera à 4,8 % du PIB en 2024 et à 4 % en 2025, au-dessus de la prévision médiane “BB” de 3,2 %, mais des risques importants pèsent sur le scénario de consolidation budgétaire progressive », note l’agence américaine. Le roi Mohammed VI a lancé un programme de 120 milliards de DH sur 5 ans pour la reconstruction les zones sinistrées par le séisme du 8 septembre.

À lire :Fitch confirme la notation "BB+" du Maroc avec des perspectives stables

« Nous supposons que le gouvernement supportera une partie du coût de la reconstruction, reflétée par des dépenses d’investissement plus élevées, par le biais de dépenses budgétaires, mais le rythme d’exécution reste incertain », estime Fitch Rating, soulignant par ailleurs que ces efforts de reconstruction pourraient accroître les défis liés à la mise en œuvre du nouveau modèle de développement, qui vise à augmenter les dépenses sociales de 4 % du PIB d’ici 2025 pour améliorer l’éducation et la santé et étendre les prestations sociales.

À lire :La mauvaise note de Fitch n’aura pas d’impacts sur le Maroc

S’agissant de l’inflation, l’agence américaine précise qu’elle a culminé à 10,1 % en février avant de retomber à 5 % en août, en raison des restrictions temporaires à l’exportation et de la baisse des prix de l’énergie. « Nous prévoyons une inflation moyenne de 5,8 % en 2023 et une baisse à 2,4 % en 2025, en dessous de la médiane projetée de 3,4 % (BB), à mesure que les prix de l’énergie et les attentes en matière d’inflation diminuent et que la production agricole s’améliore », envisage-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - PIB - Déficit

Aller plus loin

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de...

Moody’s confirme la note du Maroc et relève la perspective de négative à stable

Malgré un contexte international difficile, l’agence de notation financière Moody’s a salué les progrès économiques enregistrés par le Maroc. Elle a changé la perspective du...

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3),...

Standard & Poor’s : le Maroc conserve sa note avec perspective stable

S&P Global Ratings a annoncé le maintien de ses notes BB+ attribuées aux émissions souveraines à long terme du Maroc, avec des perspectives stables.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une croissance presque nulle en 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc. Cette année, elle ressort à 0,8 % et devrait passer à 3,6 % en 2023, puis rebondir à 3,4 en 2024.

Maroc : une croissance économique revue à la hausse

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Maroc devrait enregistrer une croissance de 3,6 % en 2024, en tenant compte d’une évolution de 4,1 % des impôts et taxes sur les produits nets de subventions.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch Solutions.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Mondial 2030 : le vrai décollage économique pour le Maroc ?

L’organisation de la coupe du monde 2030 par le Maroc, le Portugal et l’Espagne, aura certainement un impact significatif sur le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc qui pourrait se situer entre 3 et 5 %, affirme Zaki Lahbabi, DG de Transatlas Sport...

Maroc : le HCP prévoit une croissance de 1,4 % au 4ᵉ trimestre 2022

Pour le 4ᵉ trimestre 2022, l’activité économique connaîtra une croissance de 1,4 %, selon les données publiées par le Haut commissariat au plan (HCP) dans sa note de conjoncture du troisième trimestre 2022.

Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.