Monnaies : comment s’est comporté le dirham

12 février 2009 - 22h40 - Economie - Ecrit par : L.A

Grâce à l’existence de l’euro, fédérant le cœur économique de l’Europe, la planète a échappé à une des conséquences classiques des crises financières : les tempêtes monétaires.

Il n’empêche que les mouvements des deux grandes monnaies, l’euro et le dollar, ont été d’amplitude importante en deux ans, avec une accélération des variations au cours des quatre derniers mois.

Rappelons que le système du panier pour calculer la valeur du dirham protège, partiellement, notre monnaie des variations. Le panier les amortit en pondérant l’impact de chacune.

Les entreprises du Maroc vendent leurs biens et services pour plus de la moitié en euro : 58% pour 2008. Ce qui est une baisse importante puisque, en 2007, les ventes se faisaient pour plus de 65% dans la devise du Vieux continent. La baisse est suffisamment importante pour se voir aussi sur le montant en valeur absolue !

En revanche, les ventes en dollar sont en progression, à 38% en 2008 contre 30% l’année d’avant. Il s’agit bien sûr des ventes de phosphate qui font la différence.

Du côté des achats, c’est évidemment le pétrole qui fait la loi dans la répartition des devises : 58 milliards de DH (dont 31 en huiles brutes de pétrole, 17 en produits raffinés et le reste essentiellement en gaz). C’est lui qui explique que le Maroc achète pour 44% en dollars contre 52% en euros. La proportion n’a pas beaucoup changée au cours des années passées.

En revanche, ce qui change, et pas dans le bon sens, c’est le montant du déficit commercial. En valeur il a grimpé de 23,5% par rapport à 2007, creusant un trou de 32 milliards de DH dans la balance commerciale.
Les ventes de services, c’est-à-dire essentiellement les recettes touristiques, ne comblent plus ce trou. Au contraire, la balance des services l’aggrave de 5 milliards.

La livre sterling, facteur de crise au Maroc

La livre sterling était durant des années une monnaie plutôt stable et chère. Elle est devenue une devise versatile et bon marché. Une raison à cette transformation : la surexposition des établissements financiers britanniques aux risques de la crise.

Rappelons que Londres est la première place financière, devant New York, et que ses établissements se sont gavés de produits toxiques. La forte baisse de la livre sert aussi de mesure protectionniste pour les activités locales... un mécanisme bien venu dans le climat de xénophobie et de protectionnisme qui anime le paysage politique anglais où il y a eu des grèves contre l’emploi de travailleurs européens, la semaine dernière !

Le protectionnisme monétaire qui passe par la baisse de la livre sterling joue très marginalement sur l’économie marocaine prise dans sa globalité : le Maroc vend moins de 2% de ses biens et services directement en livres. Mais pour les usines textiles marocaines travaillant pour le marché anglais, la crise est très dure : pratiquement du jour au lendemain les clients ont disparu, « comme une mer qui se retire », dit Karim Tazi, ancien président de l’Amith et patron de la société Richbond. C’est d’ailleurs parmi ces usines que les plus importants dégâts de la crise sont enregistrés.

Source : M’Economiste - S. T. et N. S.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faillite - Compétitivité - Pétrole - Crise économique - Phosphates

Ces articles devraient vous intéresser :

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc profite grandement de la forte augmentation des ventes de phosphate

À fin août dernier, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont fortement augmenté, atteignant 7,89 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de 67,7% par rapport à un an auparavant.

Exploration gazière : nouveau contrat au Maroc

Chariot Limited a annoncé mardi la signature d’un accord pétrolier avec le Maroc pour une nouvelle licence d’exploration en onshore à Loukkos, au large de Larache.

Prospection pétrolière : Europa Oil & Gas prend une décision difficile au Maroc

La compagnie britannique de prospection et d’exploration pétrolière et gazière « Europa Oil & Gas » a décidé de renoncer à l’extension de la licence d’Inezgane située au large du Maroc. Elle évoque « une décision difficile ».

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...