Bloquée au Maroc, une mère Française risque de se retrouver à la rue avec ses enfants

4 avril 2021 - 08h40 - France - Ecrit par : S.A

Suite à la décision du Maroc de suspendre les liaisons aériennes avec la France, une infirmière niçoise est bloquée à Casablanca avec ses enfants. Sans solution d’hébergement, sans vol de rapatriement, ils se retrouvent à la rue.

Grosse galère pour Sherhazade Essaber, une infirmière niçoise de 34 ans, venue rendre visite à une proche mourante. Dans un message posté sur Twitter, la Niçoise exprime son dépit. « Aucun vol… Normal d’être à la rue avec 3 enfants en bas âge dans un autre pays. Pas d’hébergement, pas de rapatriement, pas de réponse de ton ambassade », écrit-elle. Ses nombreuses tentatives de réservation de nouveaux vols se soldent par un échec. Selon elle, il n’y aura pas de nouveaux vols avant le 18 avril. L’infirmière libérale se trouve dans une situation difficile : pas de solution d’hébergement, nécessité de débourser une somme de 1 349 euros pour repartir en France avec ses enfants, résume France info.

« Les vols de passagers en provenance et à destination de la France et de l’Espagne seront suspendus à partir de demain 30 mars 2021 à 23h59, et ce jusqu’à nouvel ordre », afin de freiner la propagation du coronavirus sur son territoire, ont indiqué les autorités marocaines dans un communiqué datant du 29 mars. En conséquence, de nombreux Français à l’instar de Sherhazade se sont retrouvés coincés dans le royaume. Les choses vont rapidement se compliquer. La compagnie aérienne Royal Air Maroc suspend tous ses vols « conformément aux mesures préventives prises par le royaume du Maroc dans le cadre du contexte sanitaire actuel ».

De son côté, Air France a engagé des discussions avec les autorités marocaines pour opérer des vols «  spéciaux  » afin de permettre aux Français impactés de rentrer chez eux. « Les clients impactés sont informés individuellement », a précisé la compagnie aérienne. Vendredi, l’ambassade de France au Maroc a annoncé que quelques vols spéciaux dans le sens Maroc-France sont maintenus « sur autorisation, au cas par cas et souvent dans des délais très courts », et a invité par la même occasion les passagers bloqués à contacter très rapidement Transavia et Air France pour réserver un nouveau vol. Ces vols seront opérés dans le respect strict des mesures sanitaires édictées par les autorités françaises.

Pas de quoi rassurer Sherhazade. L’aéroport de Nice a d’ailleurs confirmé qu’aucun vol en provenance du Maroc ne sera opéré ce week-end. La mère de famille et ses trois enfants ne sont toujours pas fixés sur leur vol retour. « Je vais aller voir une énième fois la compagnie Royal Air Maroc  », a-t-elle écrit, désespérée. Elle et ses enfants sont désormais hébergés chez des proches.

Sujets associés : France - Casablanca - Nice - Enfant - Liaison aérienne - Rapatriement

Aller plus loin

Important message de l’ambassade de France au Maroc suite à la suspension des vols

L’ambassade de France à Rabat a fait des recommandations aux ressortissants et résidents français suite à la décision du Maroc de suspendre les liaisons aériennes avec leur pays...

Colère des ressortissants français bloqués au Maroc

La suspension depuis le 30 mars dernier des liaisons aériennes entre la France et le Maroc met à mal le retour vers leur pays de certains ressortissants français, qui se sont...

Le Maroc interdit les vols avec la France et l’Espagne

Face à la propagation inquiétante des nouveaux variants du coronavirus en France, le Maroc a décidé de suspendre les liaisons aériennes avec la France et l’Espagne jusqu’à...

Air France organise des vols de rapatriement des Français bloqués au Maroc

Depuis le 1ᵉʳ avril, la compagnie aérienne Air France organise des vols de rapatriement des Français, des résidents européens, ainsi que des passagers en correspondance à CDG...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.