Recherche

France : déclaré mort, ce Marocain est (pourtant) bien vivant

© Copyright : DR

30 juillet 2019 - 13h00 - Société

Un fait étrange plonge un Marocain dans une situation compliquée. Rachid Zouini, assuré social nantais, déclaré mort, est pourtant bien vivant.

Rachid Zouini, 45 ans, a reçu une lettre de la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM), lui annonçant sa propre mort. Ce qu’il croyait être blague change, en un laps de temps, le cours normal de sa vie. Tout commence le 21 juin 2019. Rachid Zouini revient du CHU de Nantes, après s’être fait poser une prothèse de l’épaule, relate presseocean.fr.

Les jours suivants, les appels de son entourage pleuvent. « On a appelé mon père pour apprendre mon décès, et pour avoir de l’argent pour me rapatrier au Maroc. Au début, j’ai pensé à une escroquerie », a-t-il raconté.

Après avoir expliqué sa mésaventure à la femme en charge de son dossier, à la CPAM, le 24 juin, il se rendit compte que l’INSEE l’avait déclaré mort. Il se dirigera alors vers la Mairie de Nantes, le 8 juillet, pour recevoir un Certificat de Vie.

En bref, Rachid Zouini découvrit les raisons de sa mort, annoncée, le 11 juillet, sur Facebook. « Je me suis rendu compte que quelqu’un, du nom de Rachid Zouini, était bien décédé mais il était domicilié à La Rochelle ». C’est alors qu’il se souvient qu’en 2013, il y avait une erreur administrative sur sa feuille d’imposition. Deux adresses y étaient inscrites (Nantes, La Rochelle).

« Rien que de voir les feuilles qui attestent de mon décès, ça me met mal. Depuis un mois, j’ai cette idée de mort dans la tête », déprime-t-il.

Dans sa famille, Rachid n’est pas le seul à souffrir d’un tel désagrément avec les services français. Son frère, Youssef, avait été victime, en 2007, d’une erreur judiciaire, ce qui lui a valu quatre années de prison, détaille la même source.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact