La France ouvre la porte aux saisonniers marocains

17 avril 2021 - 09h20 - France - Ecrit par : S.A

Le préfet de Lot-et-Garonne veut soutenir le secteur agricole et s’active déjà pour l’arrivée des travailleurs saisonniers marocains en France. Dans ce sens, une procédure d’entrée dérogatoire a été mise en place.

« Afin de permettre au secteur agricole de Lot-et-Garonne de recruter la main-d’œuvre indispensable aux travaux saisonniers, le préfet de Lot-et-Garonne a mis en place de manière exceptionnelle avec la plateforme en charge des demandes d’autorisation de travail pour les saisonniers et la délégation territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la possibilité, pour les travailleurs saisonniers marocains ayant obtenu préalablement une autorisation de travail, d’entrer sur le territoire national selon une procédure administrative et sanitaire dérogatoire », indique l’administration préfectorale dans un communiqué, rappelant que depuis le 6 avril 2021, les demandes d’introduction de salariés étrangers présentées par les entreprises sont à adresser par voie dématérialisée à l’adresse de plate-forme spécialisée.

Une fois obtenue l’autorisation de travail pour un ressortissant étranger, l’exploitant agricole doit présenter auprès de la préfecture de manière dématérialisée via l’adresse électronique : pref-etrangers@lot-et-garonne.gouv.fr une demande de laissez-passer saisonnier selon le type d’entrée en France, précise la même source. Une demande pour la réintroduction de travailleurs saisonniers marocains qui disposent d’une carte de séjour dont la validité couvre la date d’entrée sur le territoire ou une demande pour une première introduction de travailleurs saisonniers marocains et/ou la réintroduction de travailleurs saisonniers marocains ne disposant pas d’une carte de séjour en cours de validité lors de l’entrée sur le territoire. « Dans ce deuxième cas, la préfecture est chargée des relations avec l’OFII de Casablanca pour la délivrance des visas long séjour », souligne le communiqué.

La préfecture de Lot-et-Garonne fait par ailleurs savoir que le protocole sanitaire fixant les règles d’entrée et de séjour des saisonniers sur le territoire national a été aménagé et harmonisé au niveau national, afin de répondre aux nouvelles mesures prises dans la lutte contre la pandémie. Ceci implique que les travailleurs devront notamment présenter un test PCR négatif 48 h avant leur départ du Maroc, se soumettre à l’arrivée en France à une évaluation médicale, à un deuxième test PCR et une mise à l’isolement pendant 7 jours avant de réaliser un troisième test. De plus, un isolement de 10 jours leur sera imposé si le deuxième ou troisième test se révèle être positif.
En raison de la suspension des vols entre le Maroc et la France, seuls les vols spécialement affrétés par les organisations professionnelles regroupant les saisonniers seront opérés.

Sujets associés : France - Agriculture

Aller plus loin

Les premiers saisonniers marocains arrivent en Corse

Les premiers saisonniers marocains sont arrivés en Corse vendredi dernier pour participer à la récolte des agrumes. En tout, 185 Marocains ont atterri à l’aéroport de...

Les saisonniers marocains arrivent en France

La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) s’active pour le transport des saisonniers marocains en France, afin d’anticiper le problème récurrent de...

Les saisonniers marocains de retour en France

La France a accueilli mardi, dans le strict respect du protocole sanitaire, 260 travailleurs saisonniers marocains dont 90 seront convoyés dans les Bouches-du-Rhône. Ils y...

Un autre contingent de 300 saisonniers marocains attendu en France ce mois

300 saisonniers marocains s’apprêtent à rejoindre les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse en France. Ils sont sollicités par les exploitants agricoles, qui manquent de main d’œuvre,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Le groupe marocain OCP renforce son soutien aux agriculteurs africains

Dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées alimentaires au niveau international, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a décidé d’intensifier ses efforts pour soutenir les agriculteurs africains. 4 millions de tonnes (Mt) d’engrais...

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

L’amande américaine écrase la concurrence marocaine

L’amande américaine a la cote au point de dominer le marché local au détriment de l’amande marocaine. Conséquence : le Maroc peine à écouler son produit pourtant meilleur que celui qui est importé.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.