France : un MRE condamné pour des violences sur sa famille

22 août 2020 - 21h00 - France - Ecrit par : S.A

A.B., un homme originaire du Maroc a écopé d’une peine de 12 ans de prison avec sursis pour violences sur son épouse et ses quatre enfants. Tel est le verdict rendu par un tribunal correctionnel français.

Les faits se sont déroulés au domicile de la famille à Espaly-Saint-Marcel fin avril. La mère et ses quatre enfants quittent le domicile après une énième dispute avec son époux. Ensemble, ils s’installent dans un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Le Tremplin, au Puy-en-Velay.

Des examens médicaux révèlent les violences subies par les enfants de la part de leur père : des hématomes "anormaux". Les aînés, eux, déclarent avoir reçu des gifles, des corrections à coups de babouche sur les fesses. "Ce n’est pas des violences, c’est de l’éducation. Je ne peux accepter que le plus grand sorte des gros mots à sa mère", se défend A.B.

La maman confie avoir été plusieurs reprises victime de violences qu’elle a signalées. "On ne s’entendait pas bien", acquiesce le quinquagénaire. Ces violences sur mineurs non reconnues ont fait réagir l’avocat Marcel Schott, qui au nom de l’association Justice et Partage et le substitut Marie Moschetti "Nous ne sommes pas dans la violence extrême, on lui reproche des méthodes éducatives d’un autre temps", disent-ils.

Assurant la défense de son client, Ladislas Mazur-Champanhac, avocat du père de famille, évoque l’élément culturel chez des parents nés au Maroc. « Vous ne pouvez pas condamner pour des violences ambiantes », poursuit l’avocat. Il s’appuie sur une décision déjà prononcée par le tribunal de grande instance de Paris en mars 2000 : "Le délit de violence suppose un acte positif sciemment commis avec la prévision qu’il en résultera une atteinte à la personne d’autrui."

Le verdict est rendu : A.B écope de 12 mois de prison avec sursis. "Les violences sur votre épouse sont inadmissibles, tout comme votre méthode éducative", martèlent les juges. Toutefois, l’autorité parentale est maintenue.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Enfant - Prison

Aller plus loin

France : une Marocaine menacée d’extradition

Une mère de famille marocaine de 50 ans qui dénonce les violences qu’elle et ses deux filles auraient subies de la part du père de famille est menacée d’extradition. En 2018,...

France : prison ferme pour un MRE et sa maitresse

Mohamed Oulmhain, un Marocain résidant à Saint-Calais (Sarthe) a séquestré sa femme avec la complicité de sa maîtresse. Le tribunal correctionnel du Mans a condamné, lundi, les...

Un Marocain condamné à 8 ans de prison après son retour de cavale

Après son exil au Maroc, l’un des trois suspects impliqués dans une affaire de séquestration et de passage à tabac d’un jeune homme en octobre 2013 à Oyonnax a été rejugé...

France : un MRE placé en détention pour tentative de meurtre

Driss Boutamjine, un Marocain de 73 ans accusé d’une tentative de meurtre comparaît, ce mercredi 30 septembre, devant la cour d’assises à Agen. Il est placé en détention...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.