Recherche

France : un MRE condamné pour violences sur sa femme et sa maîtresse

© Copyright : DR

15 novembre 2020 - 20h00 - Société

À Rouen, un Marocain a écopé de deux ans de prison pour violences sur sa femme et sa maîtresse.

Les faits s’étaient déroulés en 2019, rapporte Actu.fr. Excédée par le comportement de son compagnon, Julie* porte plainte contre Rachid* au commissariat de Saint-Étienne-du-Rouvray, pour viol conjugal et violences conjugales. Dans cette plainte, elle raconte l’enfer que lui a fait vivre cet homme. Leurs relations se sont transformées en cauchemar le jour où la compagne découvre que son compagnon avait une relation adultère avec une certaine Aurélie*. «  À partir de là, il a changé, il m’a contrôlée, isolée de mes amis et de ma famille, et surveillait mes déplacements  », raconte-t-elle aux enquêteurs.

Les scènes de violences s’enchaînent. «  Un soir, il m’a attrapée par les cheveux pour me soumettre et m’a menacée de me défigurer  », confie Julie. Elle tombe enceinte en janvier 2019. Sous pression de son homme, elle avorte. En mars, «  il m’a imposé un rapport sexuel violent  », avant de partir au Maroc pour s’unir religieusement  », poursuit-elle. Tout comme elle, Aurélie a également subi des violences. «  J’ai découvert qu’il me trompait, je l’ai quitté, il ne l’a pas supporté, il m’a porté un violent coup de tête au front  », confie-t-elle lors des auditions. Elle confirme être enceinte de l’homme.

Rachid sera interpellé puis placé en garde à vue. Il nie en bloc les faits qui lui sont reprochés. Mis en examen pour des faits de viols et violences conjugales, il sera incarcéré provisoirement. Il passera 15 mois et 21 jours en détention. Lors de sa comparution le 10 novembre 2020, l’accusé décrit sa compagne comme «  une menteuse, agressive et hystérique  », et assure que dans ce dossier «  c’est lui la victime  ». Ses propos agacent Julie : «  Je veux qu’il assume ses actes ; j’ai été stupide de revenir vers lui, mais il avait de belles paroles, je pensais qu’il changerait, je pensais que c’était de ma faute  ».

Le tribunal rend son verdict : Rachid écope de deux ans de prison dont un an avec sursis, et interdiction d’entrer en contact avec les victimes pendant trois ans. Obligation lui a été faite de verser une amende de 1500 euros de dommages et intérêts à Julie. Rachid retrouve sa liberté en raison des 15 mois et 21 jours passés en détention.

*Prénoms d’emprunt

Mots clés: Prison , Violences et agressions , Rouen , France

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact