Grosse inquiétude pour les banques marocaines

5 décembre 2020 - 18h30 - Economie - Ecrit par : J.K

Au Maroc comme au Nigeria, en raison de la crise sanitaire, le pourcentage des prêts douteux atteindra deux chiffres. Même si les perspectives des banques africaines seront constantes en 2021, le retour des performances aux niveaux d’avant Covid n’est pas envisageable avant près de deux ans, analyse Fitch Ratings.

La qualité des actifs se dégradera très rapidement en 2021 et plus, à cause de l’impact du Covid-19 sur les ménages et les entreprises, ajouté à l’échéance des mesures temporaires d’assouplissement de la dette, a indiqué l’agence de notation américaine dans un communiqué récemment publié, soulignant que le scénario le plus plausible, est le rétablissement actif des prêts aux grandes entreprises, évitant ainsi, l’augmentation des prêts douteux, rapporte L’Opinion.

«  La reconstitution des bénéfices sera plus lente pour les banques sud-africaines  », a prévu l’agence de notation internationale. À ce présage, s’ajoute le financement et la liquidité qui resteront généralement stables et la croissance des dépôts qui demeurera forte.

Par ailleurs, les risques de liquidité en devises ne se sont pas concrétisés surtout au Nigeria, cependant, ils constituent une menace capitale pour les notations des banques. En plus, 50% des notations bancaires couvertes par Fitch ont des perspectives négatives, «  contre 35% il y a un an  ». Ces perspectives «  reflètent soit, le fait que le souverain soit sur les perspectives négatives, soit une faiblesse autonome, généralement autour du capital  », a souligné l’agence.

Pour rappel, l’encours des crédits en souffrance que détiennent les établissements bancaires au Maroc, au cours du mois d’octobre, s’est encore alourdi de 670 millions de dirhams, comparativement au mois de septembre. Ainsi, le portefeuille des créances en souffrance détenu par les banques à fin octobre 2020, a atteint 79,69 milliards de dirhams, en hausse de plus de 10 milliards de dirhams en un an. Ajouté à l’encours total des crédits bancaires de 936 milliards de dirhams, le taux de créances en souffrance du secteur bancaire atteint à fin octobre 2020, 8,53% contre 7,6% en début d’année. L’augmentation de ces avoirs concerne les prêts aux entreprises et ceux des ménages.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Famille - Banques - Prêt - Alerte

Aller plus loin

Sale temps pour les banques marocaines : 5,3 milliards de DH d’impayés en quatre mois

Depuis quelques mois, les banquiers marocains sont préoccupés par la hausse des impayés, surtout dans le rang des entreprises. Les impayés ont atteint 5,3 milliards de DH au...

S&P Global Ratings note la dette du Maroc

Quelques mois après Fitch et Moddy’s, l’agence de notation S&P Global Ratings a aussi confirmé au niveau "Investment grade", la note "BBB-" de la dette à long terme en...

Fitch Ratings dégrade la note du Maroc

L’agence américaine Fitch Ratings a abaissé, le 23 octobre dernier, la note souveraine du Maroc de "BBB-" à "BB +" en raison de la crise sanitaire due au coronavirus.

Le Maroc est incapable d’aider les banques en cas de besoin, selon Fitch

Les notations de défaut des émetteurs à long terme en devises étrangères et locales de trois banques marocaines ont été revues à la baisse par Fitch Ratings. Les notations...

Ces articles devraient vous intéresser :

Succès d’une nouvelle émission obligataire lancée par le Maroc

Le Maroc clôture avec succès un emprunt obligataire sur les marchés financiers internationaux d’un montant global de 2,5 milliards de dollars. L’opération fait suite à un Roadshow auprès de la communauté des investisseurs internationaux.

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages pour mieux appréhender cette question à la fois religieuse et médicale.

Le nouveau régime des dotations touristiques porte préjudice aux Marocains voyageant à l’étranger

Alors que l’Office des Changes assure avoir entrepris une réforme pour simplifier le régime des dotations touristiques pour tous les intervenants, y compris les banques, il a été constaté que le nouveau régime porte préjudice à de nombreux Marocains...

Chaque mois, Achraf Hakimi verse 100 000 euros à sa mère

Durant la coupe du monde Qatar 2022, les instants pleins d’amour entre l’international marocain Achraf Hakimi et sa mère ont ému les supporters et les internautes et témoignent de l’attachement de l’un envers l’autre. La star du PSG veille sur sa mère...

Chèques sans provision : une aministie bienvenue au Maroc

Au Maroc, le service centralisé des amendes pour défaut de provision sur chèques a enregistré en 2022 559 918 incidents de paiement, soit une augmentation de près de 12 %, comparativement à l’année précédente. C’est ce qui ressort d’un rapport sur la...

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : vers la légalisation de la cryptomonnaie ?

Actuellement interdit au Maroc, la Cryptomonnaie pourrait être autorisée et officialisée par un projet de loi qui attend d’être voté.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

La Société générale se sépare de sa filiale marocaine

Les négociations sont très avancées pour le rachat par le groupe Saham Finances, fondé et dirigé par l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy (MHE) d’une grande partie de la société générale du Maroc.