Maroc : les impayés bancaires ont atteint 80 milliards de DH

2 décembre 2020 - 06h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Le système bancaire marocain a enregistré, à fin septembre, 80 milliards de DH d’impayés, soit 8,5% de l’encours des crédits bancaires. Cependant, certaines banques ont affirmé que ces chiffres sont plutôt positifs comparés à ceux du début de la crise sanitaire.

Covid-19 oblige, les crédits en souffrance qui étaient de 69 milliards de dirhams début janvier, se sont retrouvés à 79,6 milliards de dirhams dix mois plus tard. Les statistiques de Bank Al Maghrib, à fin octobre, font état de deux records : l’évolution des créances en souffrance et leur niveau rapporté au stock des crédits.

En ce qui concerne l’évolution, les impayés ont grimpé de 14% depuis le début de l’année et pour une première fois dans le secteur bancaire. L’évolution s’est plus remarquée chez les entreprises, avec 11,7% d’impayés depuis le début de l’année et chez les ménages, plus touchés, avec une évolution des impayés de plus de 15% sur la même période. Quant au taux des CES, il est de 8,5%, soit plus de deux points comparativement à la moyenne enregistrée sur la dernière décennie.

Comparativement aux prévisions des banques, ces chiffres paraissent surprenants, ont indiqué deux banquiers joints par Médias24. «  À 8,5% de taux de créances en souffrance, je pense qu’on n’est pas dans la situation dramatique que l’on prévoyait en avril  », a indiqué l’un des banquiers, et confirmé par le second, soulignant que «  les chiffres de Bank Al Maghrib ne prennent en compte pour l’instant que les créances réellement impayées, mais ne comptabilisent pas les échéances reportées,  » a-t-il expliqué. «  Les vrais chiffres ne seront ainsi visibles dans les statistiques monétaires qu’en décembre, voire en janvier 2021  », et BAM en est bien consciente, a-t-il martelé.

À en croire un banquier, «  l’on ne peut pas continuer à maintenir des firmes censées mourir sous perfusion, sauf si une relance rapide de l’économie est entamée  », mais ce qui ne sera pas possible, au regard des prévisions des responsables publics et des économistes de par le monde.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Famille - Banques - Prêt - Bank Al-Maghrib (BAM) - Alerte - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : ces impayés bancaires qui risquent de plomber la relance

Au Maroc, les impayés ne se comptent plus. On note une forte hausse des créances en souffrance pour les particuliers mais également pour les entreprises, mettant à mal la...

Maroc : la dette des ménages et entreprises dépasse 1000 milliards de dirhams

Au Maroc, les personnes, les ménages et les entreprises ont contracté auprès des banques et sociétés de financement, environ 1 000 milliards de DH de dettes à fin septembre...

Sale temps pour les banques marocaines : 5,3 milliards de DH d’impayés en quatre mois

Depuis quelques mois, les banquiers marocains sont préoccupés par la hausse des impayés, surtout dans le rang des entreprises. Les impayés ont atteint 5,3 milliards de DH au...

Le système bancaire marocain confronté à la dégradation de la qualité des actifs

Les banques marocaines doivent s’attendre à une dégradation des qualités des actifs. Le Royaume fera face à quatre principaux risques dans ses systèmes bancaires à l’avenir, a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le dirham se renforce fortement face à l’euro

Le dirham marocain s’est apprécié de 1,11 % face à l’euro et de 0,65 % vis-à-vis du dollar américain, durant la période allant du 28 mars au 03 avril, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Transferts des MRE : les assurances d’Abdellatif Jouahri concernant une directive européenne

Les autorités marocaines vont engager des négociations avec la Commission européenne au sujet d’une directive européenne visant à restreindre les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a récemment annoncé Abdellatif Jouahri, le...

Hakim Ziyech a marqué les Marocains en 2022, selon un sondage

Un sondage au Maroc devant élire la personnalité ou l’institution de l’année 2022, a dressé une liste dans laquelle on trouve l’international marocain Hakim Ziyech, l’entraîneur de la sélection marocaine de football, Walid Regragui, ainsi que Fouzi...

Le dirham reste stable face à l’euro

La devise marocaine est restée quasi stable face à l’euro et s’est appréciée de 0,21 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 23 février au 1ᵉʳ mars 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Chaque mois, Achraf Hakimi verse 100 000 euros à sa mère

Durant la coupe du monde Qatar 2022, les instants pleins d’amour entre l’international marocain Achraf Hakimi et sa mère ont ému les supporters et les internautes et témoignent de l’attachement de l’un envers l’autre. La star du PSG veille sur sa mère...

Le dirham se reprend face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 1,19 % face à l’euro et s’est dépréciée de 1,16 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 17 au 24 août 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham maintient sa hausse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,58 % face à l’euro et s’est dépréciée de 0,23 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 4 au 10 mai 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,95 % par rapport à l’euro et s’est appréciée de 0,58 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 03 au 09 novembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Flexibilité du dirham : le Maroc fait une pause

Le Maroc ne compte pas modifier pour le moment sa bande de change de devise, a affirmé la ministre des Finances Nadia Fettah Alaoui lundi. Depuis 2018, le Royaume a entrepris des réformes graduelles du marché des changes mais n’a apporté aucun...