Le Maroc ne doit pas condamner les homosexuels selon HRW

8 juillet 2014 - 18h12 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les autorités marocaines doivent cesser de poursuivre des personnes en justice pour homosexualité. C’est en substance ce que vient de déclarer l’organisation Human Rights Watch (HRW), dans un communiqué hier, lundi. Cette déclaration fait suite à la condamnation en appel le 2 juillet dernier d’au moins six personnes pour « un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe », en vertu de l’article 489 du code pénal marocain.

Pour HRW, aucune condamnation ne devrait se faire au Maroc sur la base de l’orientation sexuelle des individus, d’autant plus que dans le cas de cette affaire, il est à craindre que le procès n’ait pas été équitable puisque les déclarations faites par les six hommes ont été signées sous la menace des policiers. De plus, aucun témoin n’a été appelé à la barre pour "examiner d’autres éléments de preuves".

Sarah Leah Whitson, directrice régionale de HRW, considère pour sa part que « les autorités marocaines devraient cesser de poursuivre en justice et d’emprisonner des personnes en raison de leur comportement dans l’intimité avec d’autres adultes consentants ». En d’autres termes, abroger l’article 489 du code pénal marocain, car celui-ci est contraire aux conventions internationales ratifiées par le Maroc, notamment le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), que le Royaume a signé en 1979.

Le 12 mai dernier à Fqih Ben Salah, à 200 km de Rabat, les six hommes avaient été condamnés par le tribunal de première instance de la ville pour actes homosexuels, incitation à la prostitution, ainsi que pour ivresse et conduite en état d’ivresse. Des peines allant jusqu’à 3 ans de prison avaient été prononcées. En plus de ces condamnations, ils avaient été éloignés de la région au terme de l’article 504 du code pénal qui prévoit le bannissement.

En appel, lors du procès du 2 juillet dernier, les mesures de bannissement avaient été annulées contre les prévenus et les deux condamnations à la prison les plus longues réduites. D’autres condamnations à la prison ferme ont été commuées en sursis. Actuellement, deux des six prévenus condamnés à de la prison ferme, sont incarcérés à la prison rurale de Fqih Ben Salah.

Les textes :

Article 489 du code pénal marocain :

Est puni de l’emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200 à 1000 dirhams, à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave, quiconque commet un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe.

Article 504 du code pénal marocain

Dans tous les cas les coupables de délits prévus à la présente section peuvent, en outre, être frappés pour cinq ans au moins et dix ans au plus de l’interdiction d’un ou de plusieurs des droits mentionnés à l’article 40 et de l’interdiction de séjour. La tentative de ces délits est punie des mêmes peines que l’infraction consommée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Human Rights Watch (HRW) - Prostitution Maroc - Homosexualité Maroc - Fqih Bensalah

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.