Immobilier : les prix s’effondrent à Marrakech

14 mai 2011 - 11h45 - Economie - Ecrit par : J.L

La bulle immobilière à Marrakech aurait finalement explosé. Violemment secouée par la crise économique de 2009, la ville ocre est au bord de la dépression. Le printemps arabe a frappé de plein fouet l’économie de la ville. Les prix de l’immobilier s’effondrent, mettant fin à l’euphorie qui a caractérisé les années 2000.

Déjà au quatrième trimestre 2010, le prix des appartements avait baissé de 6,9%, et celui des villas de 21,7% , selon une note de conjoncture de Bank Al-Maghrib et de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie.

Même si les Marrakchis s’obstinent à parler d’une "conjoncture difficile", la réalité elle est toute autre. Les étrangers désertent la ville. Un Riad qui était négocié à plus 400.000 euros début 2010 par exemple, ne trouve plus preneur et ce même à moins de 250.000 euros.

Plusieurs grands chantiers de projets immobiliers de luxe y sont aujourd’hui à l’arrêt. Des appartements sont mis en vente à partir de 120.000 dirhams à Tamansourt et à 250.000 dirhams au centre de Marrakech....

Les entreprises, pour sauver la mise, se tournent désormais vers le logement social dont l’offre dans la ville ocre connaît un véritable déficit. Au sud de Marrakech, le groupe Al Omrane vient ainsi de lancer la construction de 682 appartements, dont le prix ne dépasse pas 250.000 dirhams. D’autres promoteurs immobiliers qui ont déjà achevé leurs études et déposé leurs demandes d’autorisation, suivent la même tendance.

L’économique est perçu par les professionnels de l’immobilier, même étrangers, comme la bouée de sauvetage à Marrakech, où l’attentat du café Argana à la place Jamaâ El Fna, pourrait porter le coup de grâce à l’économie d’une ville qui vit essentiellement de tourisme et d’immobilier.

Des promoteurs encouragés par la loi de finances 2010, qui leur accorde des incitations fiscales profitant également aux acheteurs de logements sociaux, dont le prix est inférieur à 250.000 dirhams, se bousculent désormais pour investir dans le logement social à Marrakech.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Marrakech - Tourisme - Addoha - Villas économiques - Villes sans bidonvilles - Crise immobilière Maroc - Attentat de Marrakech - Printemps arabe - Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville

Ces articles devraient vous intéresser :

Achat de logement au Maroc : les notaires baissent les prix

Les notaires vont accompagner et soutenir les citoyens à travers tout le Maroc, tout au long du processus d’octroi de l’aide directe au logement (2024-2028). Une convention a été signée dans ce sens.

Le Maroc vise le Top 10 des destinations touristiques mondiales

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) compte mettre un accent particulier sur sa stratégie de communication et promotion, avec l’ambition d’attirer près de 4 millions de voyageurs supplémentaires. Cette annonce fait suite au bilan qualifié...

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Le Maroc s’attaque aux fraudeurs de la taxe sur les terrains non bâtis

Face aux dysfonctionnements relevés dans le recouvrement de la Taxe sur les terrains non bâtis (TNB) dans plusieurs communes, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a adressé une circulaire aux walis des régions et aux gouverneurs des provinces...

Maroc : appel au boycott des loueurs de parasols sur les plages

Les loueurs de parasols et de tables continuent de dicter leur loi sur les plages marocaines, malgré les campagnes de sécurité lancées par les autorités pour libérer certaines plages. Une situation dénoncée par des activistes et citoyens sur les...

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

Le Maroc parie sur le tourisme interne

Les autorités marocaines affirment avoir mené plusieurs actions pour promouvoir et renforcer le tourisme interne en 2023.

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

Le Maroc veut devenir une destination touristique incontournable

La ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a dévoilé la nouvelle feuille de route élaborée pour le secteur à l’horizon 2026 afin de faire du Maroc l’une des plus grandes destinations touristiques au monde.

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.