Israël, le PJD et Al Adl Wal Ihssane

26 mars 2012 - 11h17 - Maroc - Ecrit par : J.L

La participation d’un diplomate israélien à la 8e session plénière de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UpM), qui a eu lieu samedi et dimanche à Rabat au siège du parlement, embarrasse le PJD.

Le diplomate hébreu David Saranga, a participé à cette session en tant que membre de la Knesset, d’après des cadres du PJD, dont le parti refuse toute forme de relation avec l’État d’Israël.

Plusieurs députés du parti au pouvoir ont boycotté la réunion, convaincus de l’impossibilité d’une normalisation des rapports avec l’Etat hébreu, membre à part entière de l’Assemblée parlementaire de l’UPM, organisée cette année sous le thème "L’UPM et les grands défis de la Méditerranée".

Devant le siège de l’hémicycle, le mouvement Al Adl Wal Ihssane grondait fort dimanche. Le drapeau israélien a été brûlé et plusieurs milliers de membres de la Jamaâ se sont rassemblés pour dénoncer une "politique officielle de normalisation des rapports avec Israël, alors que l’État hébreu continue à mener ses raids meurtriers contre le peuple palestinien".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Israël - Arabie saoudite - Palestine - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Union pour la Méditerranée - Al Adl wal Ihssane - Gouvernement marocain

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : la réforme des retraites divise

La réforme des retraites donne du fil à retordre à l’Exécutif marocain. De leur côté, les syndicats s’inquiètent de sa mise œuvre dans un contexte économique marqué par l’inflation, exprimant des craintes quant à l’avenir des retraités.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Aide au logement au Maroc : le flop ?

Applaudi à son lancement, l’aide au logement ne suscite plus le même engouement. À ce jour, 8 500 personnes ont bénéficié de cette subvention.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Écoles privées au Maroc : hausse des frais et colère des parents

Des écoles privées ont décidé d’augmenter les frais de scolarité à la prochaine rentrée au grand dam des parents d’élèves. Préoccupée, une députée du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) appelle le gouvernement d’Aziz Akhannouch à agir pour empêcher...

Les MRE très attendus cet été pour booster l’immobilier

Les initiatives gouvernementales et le retour massif des Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent à la relance du marché de l’immobilier marocain.