L’école se met en quatre pour faciliter l’intégration

10 février 2003 - 16h42 - France - Ecrit par :

Les écoles du Languedoc-Roussillon reçoivent de plus en plus d’enfants nés de parents étrangers, nouvellement arrivés, qui ne parlent pas, ou très mal, le français. Pour leur permettre de rattraper le niveau des élèves de leur âge, l’académie de Montpellier a signé, vendredi à Montpellier, une convention avec la préfecture de région et la direction régionale du Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre la discrimination (le Fasild), un établissement public dont le nom définit les missions qui lui sont dévolues.

L’Education nationale s’est en effet aperçue qu’au cours de ces dernières années, le nombre de jeunes de moins de 16 ans, non francophones, qui méconnaissent le français, n’a fait qu’augmenter en Languedoc-Roussillon. Leur nombre est passé, selon ses estimations, de 750 à 1 637 entre 1996 et l’an dernier et la grande majorité d’entre eux viennent « du sud du Maroc », ajoute Fadila Mehal, la directrice régionale du Fasild.
L’Education nationale n’a pas d’autre choix que de faire face à ce phénomène. Motif : elle a le devoir d’accueillir tous les jeunes de trois à seize ans qui se présentent à la porte de ses écoles, dès lors qu’ils résident habituellement en France. Elle ne doit pas, en outre, tenir compte de la situation administrative de leurs parents qu’ils soient dans la légalité ou pas. A cela s’ajoute une loi d’orientation datant de 1989 qui l’oblige à « ne laisser personne au bord du chemin ».
Le défi est néanmoins difficile à relever. Car l’arrivée de ces jeunes sur le sol français s’est, à chaque fois, opéré de manière anarchique, en s’échelonnant sur toute la durée d’une année scolaire.
De ce fait, l’Education nationale peine à anticiper chaque nouvelle vague d’arrivants et, du même coup, à mobiliser les équipes pédagogiques capables de répondre à l’étendue des besoins, variables d’un jeune à l’autre, selon son passé scolaire et son degré de maîtrise du français.
Des premières mesures ont toutefois déjà été prises. Avant de signer la nouvelle convention avec le Fasild, l’académie de Montpellier s’était ainsi dotée d’une « charte pour l’accueil et la scolarisation des nouveaux arrivants », afin d’amener progressivement ces jeunes vers une scolarisation normale, en phase si possible avec leur âge.
Dans ce but, des cours d’initiation et de rattrapage ont vu le jour dans le premier degré et des classes d’accueil dans le second degré. Cette politique d’intégration s’est accompagnée du recrutement d’enseignants affectés à ce travail pédagogique particulier et dont le nombre est passé de 35 à 91 entre 1999 et le mois dernier.
Parallèlement, une plate-forme d’accueil, expérimentale, a été créée à Montpellier, en lien notamment avec le conseil général de l’Hérault et la ville. Portant le nom de Léopol Sédar Sanghor, cet espace rattaché au collège Gérard-Philipe évalue depuis son ouverture en avril 2001, le niveau scolaire de ces élèves, enfants d’immigrés ou de gens du voyage, dans leur langue maternelle et en français, afin de calibrer le programme qui leur sera dispensé.
Si Béziers et Nîmes doivent accueillir des plates-formes équivalentes, il semble cependant qu’il était nécessaire d’aller plus loin. « Renforcer une politique publique d’accueil » : c’est donc l’objectif assigné à la convention signée vendredi.
Pierre BRUYNOOGHE pour les Dernières Nouvelles d’Alsace...

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Intégration - Education - Immigration - Jeunesse

Aller plus loin

Maroc : la rentrée scolaire aura bien lieu à la date fixée

Depuis quelques jours, des rumeurs circulent sur un supposé report de la rentrée scolaire au Maroc, en raison de la multiplication des cas de contamination au Covid-19. Faux !...

Ces articles devraient vous intéresser :

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Au Maroc, les élèves fêtent la fin d’année scolaire en déchirant leurs cahiers

Au Maroc, des scènes des élèves déchirant leurs cahiers et livres pour annoncer la fin de l’année scolaire, se sont reproduites.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.