Vers une réforme de la loi qui oblige une mineure à épouser son violeur

16 mars 2012 - 09h54 - Maroc - Ecrit par : J.L

La loi qui permet à un violeur d’épouser sa victime doit être réformée a estimé la ministre de la Solidarité, de la Femme et de la Famille, Bassima Hakkaoui, jeudi sur la chaîne de télévision 2M.

Le suicide à Larache d’Amina Filali, jeune fille de 16 ans mariée malgré elle à l’homme qui l’avait violée, a provoqué une forte mobilisation au sein de la société civile marocaine.

Bassima Hakkaoui reconnait que cette loi, qui incrimine les victimes de viol, est un véritable problème et promet de provoquer un débat national pour la réformer.

L’ancienne ministre de la Solidarité Nouzha Skalli appelle elle à une réforme immédiate du code pénal, afin de le rendre conforme à la nouvelle Constitution qui interdit explicitement les violences faites aux femmes.

Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a lui estimé que "cette jeune fille a été violée à deux reprises, la première fois par cet homme et la deuxième fois parce qu’elle a été mariée à son violeur". Il promet que le gouvernement va réformer la loi 475, qui permet à un violeur d’épouser sa victime.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faits divers - Droits et Justice - Larache - Nouzha Skalli - Bassima Hakkaoui - Mustapha El Khalfi - Amina Filali - Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social

Ces articles devraient vous intéresser :

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.