La lagune bleue de Moulay Bousselham menacée

21 septembre 2020 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

La Lagune bleue (Merja Zerga) de Moulay Bousselham fait l’objet d’une opération de « réhabilitation » avec l’ouverture d’une embouchure, alors qu’elle est protégée par une convention internationale que le Maroc a ratifiée et ne relève plus du domaine public marin.

Plus de 20 000 personnes tirent leurs revenus de cette réserve naturelle à travers la pêche, l’agriculture, le tourisme et l’élevage. C’est un espace écologique protégé par la Convention de Ramsar pour la protection des zones humides d’importance internationale, convention dont le Maroc est partie prenante depuis 1980.

Seulement, à la grande consternation de tous, le ministère de l’Equipement, y a lancé une opération de « réhabilitation » en « ouvrant une embouchure au niveau de la lagune en enlevant le sable » alors qu’elle est protégée par une convention internationale ratifiée par le Maroc, fait savoir le site arabophone alyaoum24.com.

Ainsi, elle ne relève plus du domaine public marin, mais plutôt de la compétence du Haut commissariat aux eaux et forêts.

Cette opération d’enlèvement de sable constitue une menace pour cet espace, et va en violation de la convention, signée le 2 février 1971, qui stipule que tout changement dans les zones humides concernées doit être conforme à la convention internationale.

Il est à rappeler que les États parties à la convention Ramsar s’engagent à une utilisation rationnelle des zones humides afin de garantir le maintien de la biodiversité et le bien-être des populations locales et à réduire la pauvreté.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pêche - Agriculture - Environnement - Moulay Bousselham - Développement - Ministère de l’Equipement et du Transport

Aller plus loin

Des côtes marocaines pourraient disparaître

Selon une étude américaine qui vient d’être publiée, la mer pourrait engloutir une bonne partie des villes marocaines d’ici 2050.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Un mystérieux cratère apparaît au Maroc après le séisme

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a secoué le Maroc, une fosse géante s’est formée dans une zone rurale. Le séisme a-t-il favorisé sa formation ?

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.