Faut-il légaliser l’IVG au Maroc ?

20 mars 2008 - 23h29 - Maroc - Ecrit par : L.A

Le débat sur l’avortement est remis sur le tapis après l’arrestation, le 1er mars 2008 à Agadir, de deux médecins, une gynécologue et un anesthésiste-réanimateur, et une infirmière pour avoir accepté de pratiquer une interruption volontaire de grossesse sur une victime de viol. Leur interpellation vient suite à une plainte déposée par deux étudiants contre trois jeunes garçons pour enlèvement, séquestration et viol. Les investigations de la police judiciaire d’Agadir a démontré que l’un des accusés était en relation avec l’une des victimes. Cette dernière est tombée enceinte de lui avant qu’elle ne se fasse avorter dans une clinique spécialisée.

Au Maroc, l’avortement provoqué est sévèrement réprimé. Les seules exceptions tolérées par la loi sont l’avortement spontané ou l’IVG nécessités par la sauvegarde de la vie de la mère. En dehors de ces cas, la loi punit aussi bien la personne qui aide à interrompre une grossesse que la femme qui se prête à cet acte. Ainsi, celui qui se rend coupable de provoquer un avortement ou d’indiquer les moyens de le provoquer est puni d’une peine d’emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 120 à 500 dirhams. Lorsque la mort en résulte, la réclusion est de 10 à 20 ans.

S’il est prouvé que le coupable se livrait habituellement à cet acte, les peines sont portées au double. Si le coupable fait partie du corps médical ou para-médical, il peut, en outre, être frappé de l’interdiction d’exercer temporairement ou définitivement. Concernant la femme qui s’est volontairement prêtée à un avortement ou qui a utilisé elle-même des moyens qui lui ont été indiqués pour avorter, elle risque une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans.

L’interdiction de l’avortement n’empêche pas sa pratique dans l’illégalité. Les chiffres exacts n’existent pas. Mais on estime que mille IVG sont pratiquées par jour dans les villes marocaines. Malheureusement, la plupart sont faites par des charlatans dans des conditions d’hygiène déplorables. Ce qui n’est pas sans danger. Hormis les infections et les risques de stérilité, la femme risque de mourir suite à une déchirure du col de la matrice ou des hémorragies. Aussi, est-il possible d’envisager un assouplissement de la législation sur l’avortement, en considérant les conséquences dramatiques liées à sa pratique clandestine ? D’autant plus qu’il a été prouvé que la majorité des grossesses hors-mariage proviennent d’agressions sexuelles.

Pire encore, 3.240 des mères célibataires des 5.020 cas recensés, soit 65 %, ont déclaré, avoir abandonné leurs enfants après l’accouchement. Ne-peut-on pas limiter ce phénomène en autorisant aux jeunes filles victimes d’un viol ou d’un inceste d’avorter ?

Source : Maroc Hebdo - Loubna Bernichi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Harcèlement sexuel - Femme marocaine - Enfant - Avortement

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Ramadan : conseils pour un jeûne en période de chaleur

Le jeûne du ramadan est encore dur cette année, surtout dans certaines régions où les températures dépassent parfois les 40 degrés. Pour que la journée se passe au mieux, il est essentiel de bien s’hydrater et de manger équilibré le soir. Pour rompre...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...