Les enfants des séquestrés de Tindouf déportés par milliers à Cuba

24 novembre 2004 - 09h27 - Maroc - Ecrit par :

Les enfants des Marocains séquestrés à Tindouf sont déportés par milliers vers Cuba et cette déportation leur cause de profondes souffrances dont la plus terrible est la privation de l’amour maternel, a expliqué à plusieurs médias allemands, Mlle Saadani Maoulainine ex-déportée.

Le ’’kidnapping’’ se fait dès le bas âge (8 ans) et a concerné pendant des années entre 1300 et 1700 enfants, a fait savoir Mlle Maoulainine qui a effectué en compagnie de Mme Khayat Keltoum, ex responsable des relations internationales des femmes du "polisario", une tournée d’information en Allemagne sur ’’la situation humanitaire et sanitaire catastrophique qui prévaut dans les camps de Tindouf’’.

Mlle Maoulainine, qui a vécu 13 ans à Cuba, a souligné que l’exil forcé dans un pays étranger loins des parents et de la famille se traduit par un ’’dépaysement total qui nous a fait perdre tout de nos us et coutumes’’.

"Par le mode de vie qui nous était imposé et l’endoctrinement auquel nous étions soumis nous avons pratiquement perdu l’usage de la langue arabe tout autant que la manière de s’habiller à la traditionnelle’’, a précisé Mlle Maoulainine. Cependant, a-t-elle confié, ’’tout cela peut être rattrapé sauf la privation de l’amour maternel et de la chaleur de la vie familiale’’.

Elle a également mis à nu les objectifs de ’’la technique de déportation’’, qui permet aux dirigeants du polisario de faire pression, des années durant, sur les parents. Ces derniers, a-t-elle expliqué, ne peuvent rien dire et encore moins entreprendre qui puisse déplaire, par peur que cela ne se répercute sur leurs enfants. Pris en otage, les parents étaient à la merci des mercenaires du "polisario" qui les ’’ instrumentalisait comme ils le voulaient’’, a-t-elle ajouté.

Mlle Saadani, sociologue, a également révélé que dès leur retour dans les camps de Tindouf, les jeunes adultes se voyaient confisquer leurs diplômes ’’ce qui empêchait toute possibilité d’embauche et liait notre sort et avenir à eux’’.

Elle a, en outre, relaté les souffrances endurées par l’ensemble des séquestrés des camps de Tindouf où les ’’privations, exactions et autres tortures font lois’’ et où les violations des droits humains sont une pratique quotidienne’’.

’’Mon père a du décéder dans les prisons du polisario suites aux tortures qu’on lui a infligées et sa mort m’a causé un véritable traumatisme psychologique’’, a-t-elle confié à la presse, précisant que sa tournée en Allemagne avait notamment pour but d’éclairer l’opinion publique locale sur les pratiques du polisario et de mettre à nu ce qui se passe véritablement dans les camps’’.

"Mon cas est un exemple parmi des milliers d’autres d’enfants qui ont eu à pâtir de la politique du polisario, une politique contre laquelle l’opinion publique européenne est appelée à réagir pour faire cesser les souffrances des Marocains séquestrés dans les camps de la honte", a-t-elle indiqué.

Mlle Maoulainine et Mme Khayat Keltoum, avaient effectué une tournée dans plusieurs villes allemandes où elles ont rencontré plusieurs membres des partis politiques représentés au Bundestag et de nombreux acteurs de la société civile allemands.

Map

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Séquestrés - Polisario - Cuba - Enfant - Tindouf

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.