Les MRE d’Arabie Saoudite se disent exclus par le Maroc

18 juillet 2020 - 09h30 - Ecrit par : I.L

Alors qu’il représente un soulagement pour plusieurs Marocains, l’ouverture des frontières a tout l’air d’une mauvaise nouvelle pour les MRE d’Arabie Saoudite. En attente de rapatriement depuis plusieurs mois, ils doivent désormais payer pour espérer un retour au pays.

Le gouvernement a déployé plusieurs vols en direction des pays où sont bloqués certains Marocains à l’étranger. Pendant un mois, cette opération a été une réussite. Elle aura permis au Royaume de rapatrier 10 700 personnes sur les 32 000 bloquées à l’étranger, selon la ministre déléguée Nezha El Ouafi le 6 juillet dernier en commission parlementaire. Quelques semaines après le lancement de cette opération, les MRE d’Arabie saoudite estiment avoir été oubliés par le gouvernement, rapporte le journal Libération.

Pour El Hassan Rabiae, journaliste marocain à Riyad, plusieurs MRE sont désormais inscrits sur la liste retenue par l’État marocain pour procéder à leur rapatriement. Avec l’ouverture partielle de la frontière, beaucoup vont devoir payer leur propre transport. «  Le hic, c’est que les prix des billets d’avion ont presque triplé. Un aller simple coûte actuellement entre 5 000 et 6 000 riyals saoudiens alors qu’auparavant, un aller-retour ne dépassait pas, en haute saison, 3500 riyals. A cela, il faut ajouter le coût du test PCR (1 450 riyals). Ces frais devraient être multipliés par trois ou quatre vu qu’un grand nombre de MRE sont mariés et ont des enfants  ».

 Poursuivant ses explications, il ajoute que plusieurs de ces MRE en Arabie saoudite vivent dans la précarité en raison de la longue période de confinement. À ce titre, les ouvriers et employés qui ont été les premières victimes de la crise liée au Covid-19 ont dû rompre leur contrat de travail et s’acquitter d’un visa «  exit définitif  » exigé par les services consulaires marocains. Ce faisant, beaucoup ont été obligés de rompre leurs contrats de travail et d’être ainsi privés des indemnités de départ ou de leur salaire  ».

Malgré tous ces sacrifices et la difficulté de la situation, ajoutées à la faim et au manque de logement, le gouvernement n’a déployé aucun avion pour les rapatrier au pays. Dans ces conditions, ils estiment qu’ils sont des exclus, des laissés-pour-compte ou des citoyens de seconde zone.

Tags : Arabie saoudite - Rapatriement - Marocains bloqués à l’étranger

Aller plus loin

Les MRE sans passeport marocain ne pourront pas être rapatriés

Les autorités marocaines ont pris une décision qui ruine les espoirs de certains MRE bloqués à l’étranger de rentrer chez eux. Ceux-ci ne seront pas concernés par l’éventuelle...

L’Arabie Saoudite veut davantage de main d’œuvre marocaine

L’Arabie Saoudite veut recruter plus de main d’œuvre marocaine. C’est le souhait que viennent d’émettre les autorités saoudiennes auprès du ministre marocain de l’Industrie et du...

De meilleures conditions de travail pour les MRE d’Arabie Saoudite

L’annulation par l’Arabie saoudite du système de « parrainage » au profit des travailleurs étrangers dont les Marocains, est effective depuis dimanche 14 mars. Cette mesure vise à...

Nous vous recommandons

A Tanger, il est interdit de griller les têtes de mouton

Le conseil communal de Tanger en sa qualité de police administrative interdit formellement de griller les têtes et les pattes des moutons du sacrifice rituel de l’Aïd Al-Adha, au bord des routes et dans les espaces...

Maroc : 30 ans de prison pour l’auteur de la « boucherie » d’Azrou

La chambre criminelle près la cour d’appel de Meknès a condamné à trente ans de prison ferme, un enseignant pour avoir tué trois membres de sa belle famille.

Vers un allègement des mesures restrictives au Maroc ?

À l’instar de nombreux pays dans le monde, le Maroc pourrait alléger les mesures restrictives mises en place afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Avec l’apparition du variant Omicron, le Maroc est passé à 8 500 cas par jour, selon le...

Pour l’Espagne, l’Algérie n’a pas les moyens d’arrêter d’exporter du gaz

Le gouvernement espagnol estime que l’Algérie, en tant que troisième fournisseur de gaz en Europe et principal fournisseur de l’Espagne et de l’Italie, ne peut se permettre d’arrêter d’exporter du gaz et de perdre ainsi l’opportunité que lui offre la guerre...

Combien coûte la Volkswagen d’Achraf Hakimi ?

Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), Achraf Hakimi, roule avec une Volkswagen édition spéciale (Golf 7 R) que très peu de gens peuvent s’offrir. Combien coûte ce bijou  ?

Suède : des incidents après des corans brûlés

Plusieurs policiers ont été blessés en Suède dans des heurts avec des manifestants qui protestaient jeudi, après que des sympathisants d’extrême droite ont annoncé leur intention de brûler le Coran dans la ville de...

Affaire Jacques Bouthier : témoignage d’un ex-manager d’Assu 2000 à Tanger

Outre les Françaises, les Marocaines ont été également ciblées par Jacques Bouthier, l’ex-patron du groupe mis en examen pour traite d’êtres humains et viols sur mineures, à la suite d’une enquête déclenchée par le témoignage d’une jeune femme de 22 ans qui a...

Le Maroc visé par de nouvelles accusations en Algérie

L’Algérie accuse le Maroc d’avoir ouvert des centres d’entraînement au profit du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) dans le but de l’attaquer.

L’Algérie à l’Espagne : « pas une goutte de gaz pour le Maroc »

L’Algérie maintient la pression sur l’Espagne, qui ne doit exporter aucune goutte de gaz vers le Maroc via le gazoduc Maghreb Europe.

Gaz : des résultats au-delà des attentes au large de Larache

Les ressources gazières d’Anchois ont dépassé largement les estimations, selon les résultats de la certification. La société Chariot va démarrer l’exploitation du puits, tout en poursuivant la prospection et en accélérant les procédures pour la...