Maroc : le torchon brûle entre un élu PDJiste et le ministre Abdelouafi Laftit

24 novembre 2020 - 08h00 - Ecrit par : S.A

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit et le maire de Rabat, Mohamed Seddiki sont à couteaux tirés. Motif du désaccord : l’irrecevabilité du budget du conseil de la ville.

Le wali, Mohamed El Yaakoubi, a opposé une fin de non-recevoir à la validation du projet du budget du conseil de la ville, qu’il juge non conforme à la loi, aux procédures et règlements en vigueur, rapporte Al Massae. En principe, le ministère devrait d’abord valider le projet du budget, ce qu’il n’a pas fait pour deux raisons. La première : les présidents des arrondissements n’ont pas participé à son élaboration. La seconde, le budget a été confectionné selon des estimations de revenus prévisionnels très gonflées voire irréalistes. En conséquence, le conseil de la ville est sans budget depuis le début de l’année.

Le maire PJDiste juge contradictoires les décisions du ministère. À l’en croire, l’Intérieur a annulé les sessions de mai et de juin consacrées au débat sur les budgets des arrondissements, pour reprocher après au conseil de la ville de ne pas avoir associé les présidents de ces arrondissements à l’élaboration du budget. En ce qui concerne le «  gonflement  » des revenus prévisionnels, M. Seddiki explique que les dépenses à effectuer dépassent un milliard de dirhams.

Dans ce bras de fer, l’édile est accusé de mauvaise gestion. Un conseiller de l’opposition affirme que sa gestion est catastrophique. Outre les projets réalisés dans le cadre du programme «  Rabat, ville lumière  », aucune infrastructure n’a été réalisée durant le mandat du maire, malgré les nombreux crédits dont a bénéficié la commune, laisse-t-il entendre.

Tags : Rabat - Budget - Abdelouafi Laftit

Aller plus loin

Le gouvernement marocain divisé sur le reconfinement total

Alors que le Maroc fait face à une résurgence des cas de contamination au Covid-19, les membres du gouvernement peinent à s’accorder sur l’instauration d’un reconfinement...

Nous vous recommandons

Royal Air Maroc ne sait que faire de ses pilotes stagiaires

Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la logistique, a évoqué, lundi au Parlement, la situation des pilotes stagiaires de la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM).

Les producteurs français ne supportent plus la concurrence avec la tomate marocaine

La tomate marocaine est très prisée sur le marché français au point de défier toute concurrence. Une percée qui met en difficulté les producteurs français qui appellent à limiter son importation.

Hakim Ziyech a dépassé «  les limites qu’un joueur ne doit pas franchir  »

En dévoilant jeudi la liste des joueurs convoqués pour participer à la double confrontation contre la Guinée Bissau et le match contre la Guinée Conakry, Vahid Halilhodzic a fait quelques mises au point en ce qui concerne la présence de certaines...

Voici les produits autorisés à entrer à Sebta depuis le Maroc

Le ministère de la Santé et l’Agence fiscale (AEAT) ont élaboré un guide pour préciser les marchandises qui peuvent traverser la frontière de Tarajal depuis le Maroc, ainsi que les quantités autorisées et les produits...

Les responsables d’écoles françaises narguent les autorités marocaines

Au Maroc, de nombreux manuels scolaires comportant des cartes du royaume amputées du Sahara sont au programme dans les lycées français.

La reprise du tourisme dépend des conditions d’accès au Maroc

Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) se félicite de l’annonce de la réouverture de l’espace aérien marocain. Il estime que la reprise du secteur touristique frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19 dépend des...

Škoda Auto augmente ses capacités de production au Maroc

La guerre russo-ukrainienne pousse le constructeur automobile tchèque Škoda Auto à augmenter ses capacités de production à Kénitra et à Tanger.

Appels à la réouverture des frontières marocaines

Après Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, c’est au tour d’autres experts d’appeler à la réouverture des frontières marocaines restées fermées jusqu’au 31 janvier 2022 en raison de la propagation rapide du nouveau variant du...

Maroc : pagaille autour des tarifs des tests de dépistage

Younes Maâmar, ancien cadre de la banque mondiale et ancien directeur général de l’Office national d’électricité (ONE) dénonce une pagaille sur les tarifs des tests de dépistage du Covid-19.

France : feu vert pour le vaccin AstraZeneca inoculé au Maroc

La France reconnaît désormais le vaccin AstraZeneca fabriqué en Inde (Covishield) et inoculé au Maroc. Un soulagement pour les Marocains vaccinés souhaitant se rendre dans ce pays.