Le Maroc accusé d’œuvrer contre l’accord franco-algérien de 1968

11 juin 2023 - 22h20 - France - Ecrit par : A.P

La presse algérienne voit, encore une fois, le Maroc derrière la campagne subite menée par la droite française contre l’accord franco-algérien de 1968 sur l’immigration.

Pour de nombreux observateurs, les tensions entre le Maroc et la France ne sont pas près de s’apaiser. Au-delà de l’affaire d’espionnage avec le logiciel Pegasus, il y a l’option diplomatique faite par Emmanuel Macron, depuis son premier mandat, de se rapprocher de l’Algérie plutôt que du Maroc, considéré par ses prédécesseurs comme le principal allié de la France au Maghreb. Un choix mal perçu par la droite française, et bien entendu, mal accueilli par Rabat, fait savoir TSA Algérie.

À plusieurs reprises, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a dénoncé les « lobbies » qui travaillent à créer des tensions entre Paris et Alger. Le Maroc a utilisé l’immigration comme moyen de pression sur l’Espagne pour l’amener à changer sa position de neutralité sur le Sahara. Avec la France en revanche, cette politique marocaine ne saurait prospérer à cause de la position géographique des deux pays, indique-t-on, précisant que par ailleurs, la question du Sahara suscite peu d’intérêt dans la politique française.

À lire : « Emmanuel Macron a manqué de respect envers Mohammed VI »

En visite au Maroc en mai dernier, Éric Ciotti, président des Républicains (LR), accompagné de la franco-algéro-marocaine Rachida Dati, a plaidé pour la reconnaissance par la France de la « souveraineté marocaine » sur le Sahara. Dès son retour de Rabat, Ciotti a emboîté le pas à l’extrême droite pour demander la révocation de l’accord algéro-français de 1968 sur l’immigration. Si le Maroc n’est pas derrière cette campagne contre ledit accord, elle lui profite à tout le moins, estime-t-on.

« Agiter ce chiffon rouge est une manière d’embêter à peu de frais Emmanuel Macron, qui a fait de la réconciliation avec l’Algérie un point fort de sa présidence », analyse dans l’Express, Pierre Vermeren, professeur à la Sorbonne et auteur d’Histoire de l’Algérie contemporaine. La révocation de l’accord de 1968 entrainerait la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et la France, prévient pour sa part Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France en Algérie.

Sujets associés : France - Algérie - Immigration - Sahara Marocain - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Éric Ciotti : « la souveraineté du Maroc sur le Sahara est indiscutable »

En visite au Maroc, Éric Ciotti, président du parti Les Républicains, affiche son soutien à la marocanité du Sahara et appelle par ailleurs son pays, la France, mais aussi...

Emmanuel Macron joue la carte de l’apaisement avec le Maroc et l’Algérie

Le président de la République française Emmanuel Macron tente de faire baisser les tensions entre la France et deux pays du Maghreb que sont le Maroc et l’Algérie. Il a assuré...

« Emmanuel Macron a manqué de respect envers Mohammed VI »

Invité mercredi dans l’émission « Conversations avec Anne Cabana » diffusée sur i24news, l’écrivain Tahar Ben Jelloun, abordant la crise entre le Maroc et la France, a déclaré...

Les Républicains déposent deux propositions pour « reprendre en main » l’immigration

Les Républicains (LR) s’apprêtent à introduire une proposition de loi constitutionnelle (PPLC) sur l’immigration choisie. Sa rédaction a été confiée à un groupe de spécialistes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Réaction du Polisario au discours du roi Mohammed VI

Le Polisario a réagi au discours prononcé par le roi Mohammed VI à l’occasion de la commémoration de la révolution du roi et du peuple, notamment les passages sur le Sahara.

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.