Maroc : suspension d’un agent d’autorité pour détournement d’aides alimentaires

26 mai 2020 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le ministère de l’Intérieur a indiqué lundi, qu’un agent d’autorité a été suspendu de ses fonctions pour son implication dans une affaire de détournement d’aides alimentaires. Il aurait commis cette infraction à des fins de consommation personnelle.

Dans le communiqué du ministère qui relate les faits, il a été précisé que l’agent d’autorité a été épinglé par "un enregistrement sonore abondamment diffusé sur les réseaux sociaux et les applications de messagerie instantanée". Il s’agit de "séquences de conversations téléphoniques tenues entre un individu qui s’est présenté comme un responsable d’une association de bienfaisance dans la province de Nador". Il propose de "détourner des aides alimentaires au profit de son interlocuteur, présenté comme un agent d’autorité exerçant dans la même province", rapporte la MAP.

C’est ainsi que l’agent d’autorité cité, a été identifié et suspendu de ses fonctions, en attendant de se "soumettre au conseil de discipline", précise la même source qui souligne qu’une enquête est ouverte afin de fournir tous les éléments sur cette affaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nador - Enquête - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Ouarzazate : destruction de 1 594 kg de produits alimentaires impropres à la consommation

Les produits alimentaires impropres à la consommation, saisis au cours de la période allant du 5 au 30 avril dernier, ont été détruits à Ouarzazate. Selon le comité provincial...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : mise en garde contre les constructions illégales

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté des clarifications au sujet des démolitions dans les zones côtières.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.