Maroc- Algérie : Les échanges commerciaux continuent

20 mai 2021 - 11h00 - Economie - Ecrit par : A.T

Les relations entre les deux « pays frères », le Maroc et l’Algérie, n’ont jamais été un long fleuve tranquille et depuis quelques mois, elles se sont encore endurcies avec l’éternelle question du Sahara. Mais ce différend a-t-il empêché les échanges commerciaux entre Rabat et Alger ?

Jeune Afrique nous apprend que les liens commerciaux ne sont pas rompus malgré la crise diplomatique. « Le business entre le Maroc et l’Algérie a toujours existé » peut-on lire dans ses colonnes. Le journal fait savoir que bien que les contacts soient quasiment rompus entre les deux gouvernements, les échanges commerciaux se poursuivent et restent malgré tout, en dessous de leur niveau optimal. S’élevant à plus d’un demi-milliard de dollars par an, ils impliquent des poids lourds des deux économies.

Dans son développement, le magazine cite une source de l’Office des changes qui indique que « l’Algérie figure encore comme deuxième partenaire commercial du royaume en Afrique et elle vient à peine de sortir de notre Top 20 mondial ». Une régression annonce-t-on, car elle était le numéro un il y a 5 ans avec des échanges estimés à près de 8,5 milliards de dirhams (environ 793 millions d’euros, à la fin de 2016).

Selon les chiffres provisoires jusqu’à la fin de 2020, le volume d’échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 5,3 milliards de dirhams. Un montant faible qui représente moins de 1 % des importations et exportations réalisées par le royaume. Il faut cependant noter que la variété des produits échangés renseigne sur le potentiel des synergies jamais réalisées entre les deux pays.

Les échanges économiques entre les deux voisins sont toujours dynamiques et tournent autour des produits essentiels sur les deux marchés. Les Marocains achètent des dattes et ouvrages de verres, des produits chimiques mais surtout des combustibles. En retour, ils expédient vers l’Algérie de la tôle en fer ou en acier, du café, des engrais, mais aussi des produits textiles.

Côté marocain, une bonne partie des exportations transite par des enseignes internationales, essentiellement françaises, qui parviennent à s’acclimater à l’environnement des affaires algérien assujetti à des changements répétés.

Selon Jeune Afrique, ni Rabat ni Alger ne veulent commenter le possible durcissement de la réglementation évoqué par la presse algérienne. « Tant qu’il n’y a rien d’officiel, nous ne pouvons pas prendre position », explique un président de commission à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Pour ce dernier, une éventuelle rupture économique aurait peu d’impact sur le royaume, précise la même source.

Sujets associés : Importations - Exportations - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - Consommation - Chiffre d’affaires - Dirham marocain - Déficit

Aller plus loin

Maroc-Algérie : des personnalités appellent à la pacification des relations

Ouvrir les frontières terrestres pour permettre des couloirs humanitaires et la circulation des personnes, et mettre fin aux discours haineux et promouvoir une nouvelle ère des...

La décision de Tebboune de rompre les contrats avec des sociétés marocaines aura un impact sur l’Algérie

Mohamed Tayyar, chercheur marocain en études stratégiques et sécuritaires a affirmé que la décision du président algérien Abdelmadjid Tebboune de rompre les contrats avec des...

Le Maroc à nouveau dans le viseur de l’Algérie

Les tensions entre le Maroc et l’Algérie sont loin de retomber. Salah Goudjil, président du Sénat algérien, a déclaré que les agissements du royaume «   sont connus, et ce, dès...

L’Algérie dit pourquoi elle ne veut pas ouvrir ses frontières avec le Maroc

La réouverture des frontières terrestres entre le Maroc et l’Algérie n’est pas pour demain. C’est l’essentiel à retenir des dernières déclarations du ministre algérien de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le dirham baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,18 % face à l’euro et s’est appréciée de 2,68 % vis-à-vis du dollar américain, entre les mois de novembre et de décembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Le dirham remonte face à l’euro et au dollar

La devise marocaine s’est appréciée de 0,63 % face à l’euro et de 0,64 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 27 avril au 03 mai. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se reprend face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 1,19 % face à l’euro et s’est dépréciée de 1,16 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 17 au 24 août 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Le dirham en légère baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,42 % face à l’euro et s’est appréciée de 1,09 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 8 au 14 décembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : une taxe fait exploser le prix des téléphones

La commission des Finances à la Chambre des conseillers a revu à la baisse le droit d’importation appliqué aux smartphones. Ce qui semble être une bonne nouvelle s’avère très désavantageux pour les distributeurs locaux et les consommateurs.

Le Maroc profite grandement de la forte augmentation des ventes de phosphate

À fin août dernier, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont fortement augmenté, atteignant 7,89 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de 67,7% par rapport à un an auparavant.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.