Catastrophes naturelles : Greepeace lance un appel pressant au Maroc

13 mars 2021 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Pour éviter les catastrophes naturelles, source de nombreux dégâts matériels et humains, le Maroc doit mettre en exécution le plan d’action national de gestion des risques des catastrophes naturelles présenté par le ministère de l’Intérieur en février. L’ONG internationale Greenpeace l’y exhorte vivement.

Mohammed Tazrouti, chargé de campagne à Greenpeace Moyen-Orient et Afrique du Nord a réagi aux événements climatiques extrêmes auxquels le Maroc et l’Algérie ont dû faire face ces derniers jours. Selon lui, ces catastrophes « révèlent l’absence du principe de justice climatique entre les pays du Nord et du Sud ». D’ailleurs, poursuit-il, la région MENA « est particulièrement touchée par le phénomène du changement climatique plus que d’autres, et par conséquent, elle paie le prix le plus élevé de ses effets ».

En ce qui concerne le Maroc, le changement climatique menace toutes les villes, et ses « conséquences peuvent être désastreuses à l’avenir, que ce soit au niveau de la vie, des infrastructures et de l’économie », a indiqué le responsable. Aussi, importe-t-il de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour y faire face.

Dans ce sens, le plan d’action national de gestion des risques catastrophiques comporte 5 grands points divisés en 18 programmes et 56 projets abordant 4 types de catastrophes naturelles. Il s’agit des tsunamis, de l’érosion du sol, des séismes et des inondations. Ce plan contient également l’amélioration de la gestion des risques naturels, des connaissances et de l’évaluation et implique la participation de tous les acteurs, tant au niveau central que local, et surtout, la diversification du financement.

Au début du mois de janvier 2021, de fortes pluies ont entravé plusieurs axes routiers de Casablanca. Un mois plus tard, ce fut au tour de Tanger, d’être confrontée au débordement de l’infrastructure d’assainissement, causant la mort par noyade de 29 personnes dans une usine au sous-sol d’une villa. Il y a quelques jours, Tétouan et Martil, étaient sous l’eau, à cause des fortes précipitations qui n’ont guère épargné Fès.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Inondations Maroc - Alerte - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Effondrement

Aller plus loin

Le Maroc veut mieux gérer les catastrophes naturelles

Le gouvernement marocain vient de mettre en place une Commission de pilotage des programmes de prévention contre les catastrophes naturelles. L’un des principaux chantiers de...

Maroc : une aide de la Banque mondiale pour les catastrophes naturelles

Le Maroc et la Banque mondiale ont signé, jeudi, un accord relatif à la politique de développement, avec option de tirage différé, pour les risques liés aux catastrophes...

Catastrophes naturelles : voici la liste des personnes éligibles à l’indemnité

Les récentes intempéries qu’a connues le Maroc ont mobilisé plusieurs instances de l’État, dont le Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques. Des précisions ont...

Maroc : bonne nouvelle pour les victimes de catastrophes naturelles

Le Maroc veut souscrire à une assurance internationale pour se protéger des catastrophes naturelles. Dans ce sens, le Royaume entend ajouter un second palier de couverture, qui...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.