Maroc : chute sévère du PIB à 7,1 % en 2020

3 avril 2021 - 06h40 - Economie - Ecrit par : A.P

La crise sanitaire du Covid-19 a eu des répercussions sévères sur l’économie marocaine, induisant une récession inédite. En 2020, le PIB s’est contracté à 7,1 %.

En 2020, la récession économique au Maroc aurait dépassé les 7 %, rapporte L’Économiste qui souligne que le PIB aurait connu une chute plus forte si l’État n’avait pas apporté son soutien aux entreprises et aux ménages face à la crise sanitaire dont les effets pervers pourraient s’étendre sur plusieurs années. « Sans les aides publiques, la pauvreté aurait été 7 fois plus élevée et la vulnérabilité multipliée par 2, creusant profondément les inégalités », a précisé le quotidien, ajoutant qu’au dernier trimestre 2020, la situation économique indiquait « une contraction de l’activité de 6 %, sous l’effet en particulier de la baisse de 7,3 % de la valeur ajoutée du secteur agricole et de 5,5 % de celle des activités non agricoles ».

Dans le secteur primaire, la valeur ajoutée a chuté en volume de 6,8 % au cours de la même période du fait de la baisse d’activité de 7,3 % de l’agriculture et de la hausse d’activité de la pêche de 0,3 %. Dans le secteur secondaire, la valeur ajoutée a reculé de 1,6 % en raison de la croissance notable de 8,9 % de l’industrie d’extraction. Dans le secteur tertiaire, on note un recul de la valeur ajoutée de 7,5 % au cours de la même période, dû notamment à une « forte baisse » dans plusieurs branches d’activité tels que les hôtels et restaurants (- 57,1 %), les transports (−18,6 %), le commerce (−8,2 %), informe le quotidien.

Par ailleurs, une inflation modérée à 1 % en moyenne a été enregistrée. Selon le quotidien, elle a été causée par une contraction de la demande intérieure dont la participation à la croissance économique est de 6,1 points environ, à laquelle s’ajoute une baisse de 4,3 % des dépenses de consommation finale. Quant à la consommation finale des administrations publiques et à la formation brute de capital fixe, elles ont respectivement régressé de 0,7 % et de 9,4 %. L’investissement brut, lui, a baissé à 29,6 % du PIB.

Sujets associés : PIB - Crise économique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Coronavirus : le Maroc perd six points de PIB

Le Confinement imposé aux Marocains a fortement impacté le secteur économique. Cette période d’inactivité a notamment fait perdre 6 points du produit intérieur brut (PIB),...

Maroc : quelles sont les régions créant le plus de richesses ?

Les comptes régionaux pour 2019 sont désormais disponibles. Le Grand Casablanca, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont les trois régions qui contribuent à plus de...

La crise sanitaire aura de graves répercussions sur l’économie marocaine

Le Fonds Monétaire International (FMI), vient de publier au titre de l’article IV de ses statuts, le rapport lié aux consultations de 2020 au Maroc. Ces consultations sont...

Maroc : le PIB devrait retrouver son niveau normal en 2022

Le confinement strict appliqué par le Maroc en raison de la crise due au coronavirus a porté un gros coup à son Produit intérieur brut. Selon un rapport d’Attijari Global...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Maroc : hausse vertigineuse des faillites d’entreprises

Une « hausse vertigineuse » du nombre de défaillances d’entreprises devrait toucher le Maroc, selon Allianz Trade, leader mondial de l’assurance-crédit.

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch Solutions.

Le Roi appelle à combattre les spéculateurs

Dans son discours adressé aux Marocains à l’occasion de la fête du Trône, le Roi Mohammed VI a appelé à une lutte efficace contre les spéculations et la manipulation des prix.

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.