Maroc : le déficit atteint 7,6% du PIB (82,4 milliards de dirhams)

25 janvier 2021 - 06h40 - Economie - Ecrit par : G.A

Le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration a indiqué qu’à fin décembre 2020, la Loi de finances rectificative (LFR) a révélé un déficit budgétaire de 82,4 milliards de dirhams (MMDH) ou 7,6 % du PIB. Ceci malgré un certain nombre d’aléas et dans le respect des engagements de l’État au titre de la stratégie de soutien des secteurs sociaux et économiques et de relance post-Covid.

L’exécution de la loi de finances 2 020 s’est déroulée dans le contexte de la pandémie du Covid-19. Comme c’est le cas dans la majorité des pays du monde, l’économie marocaine a été, elle aussi, durement impactée en raison des mesures prises pour contenir la propagation de la pandémie. Ainsi, le ministère dans sa dernière Situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) a souligné que malgré la non réalisation de certaines recettes fiscales, le taux d’exécution des recettes ordinaires, sur une base nette des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, s’est situé à 103 %.

Cela s’explique par les moins-values qui ont été enregistrées au niveau des recettes non fiscales, notamment les financements innovants (– 11,5 MMDH) et les recettes et produits de cessions d’actifs en provenance des établissements et entreprises publics (– 5 MMDH). Ces moins-values n’ont été équilibrées que partiellement par l’amélioration des « fonds de concours et dons » (+5,6 MMDH) et des « produits divers » (+4,3 MMDH), rapporte la MAP.

En ce qui concerne les remboursements des crédits de TVA, ils ont atteint 10,4 MMDH à fin décembre 2020 contre 9,8 MMDH en 2019. Pour sa part, l’exécution des dépenses s’est caractérisée par un effort de rationalisation des dépenses courantes au profit du renforcement de l’effort budgétaire dicté par la crise. La SCRT a fait ressortir que malgré la hausse des charges de la compensation, les dépenses ordinaires ont atteint un taux d’exécution de 97,7 % par rapport aux prévisions de la LFR 2020.

Pour ce qui est des dépenses d’investissement, le ministère rapporte que l’exécution de la LFR a été caractérisée par un effort d’investissement soutenu. Il s’agit des émissions au titre de cette rubrique, qui ont atteint un montant de 85,9 MMDH, soit un taux de réalisation de 121,3 %. Concernant les comptes spéciaux du Trésor, ils ont dégagé un solde excédentaire de 6,3 MMDH, à raison de 5,3 MMDH de l’excédent dégagé par le Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : PIB - Impôts - Budget - Crise économique - Ministère de l’Economie et des Finances - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : lourd déficit budgétaire à cause du coronavirus

25,5 milliards de dirhams. C’est le déficit qu’ont enregistré les finances publiques à la fin du mois de mai, soit deux mois après l’avènement du coronavirus au Maroc.

Coronavirus au Maroc : alerte pour le déficit budgétaire

Le Maroc pourrait enregistrer un déficit budgétaire dû à la crise de la pandémie du covid-19. Les principales institutions financières du royaume donnent l’alerte sur ce risque...

Maroc : le déficit budgétaire établi à 50,5 milliards de DH à fin octobre

Le Maroc a enregistré un déficit budgétaire de 50,5 milliards de DH à fin octobre 2020 contre 36,5 milliards de DH par rapport à la même date en 2019, indique la situation des...

Maroc : chute sévère du PIB à 7,1 % en 2020

La crise sanitaire du Covid-19 a eu des répercussions sévères sur l’économie marocaine, induisant une récession inédite. En 2020, le PIB s’est contracté à 7,1 %.

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région...

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

Standard & Poor’s : le Maroc conserve sa note avec perspective stable

S&P Global Ratings a annoncé le maintien de ses notes BB+ attribuées aux émissions souveraines à long terme du Maroc, avec des perspectives stables.

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

La Banque mondiale accorde un prêt pour le Nord-Est du Maroc

Un accord de prêt d’un montant de 236,7 millions d’euros a été signé lundi par la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui et le Directeur du Département Maghreb et Malte au Bureau régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord...