La crise sanitaire aura de graves répercussions sur l’économie marocaine

6 janvier 2021 - 22h30 - Economie - Ecrit par : J.K

Le Fonds Monétaire International (FMI), vient de publier au titre de l’article IV de ses statuts, le rapport lié aux consultations de 2020 au Maroc. Ces consultations sont liées aux conséquences économiques de la crise sanitaire liée au Covid-19 et les mesures à prendre par le Royaume pour y faire face.

Le FMI prévoyait une reprise économique mondiale supérieure à 4,5% en 2021, avec des doutes, puisque la crainte d’une instabilité économique plane encore, en raison de la pandémie. Dans sa dernière publication en date du 5 janvier, le FMI relève que la crise sanitaire aura de graves conséquences sur la production marocaine et sur la croissance potentielle, principalement sur les investissements, publics ou privés. Ainsi, le PIB du royaume devrait retrouver son niveau d’avant Covid-19 d’ici 2022.

D’après les experts du FMI, un grand risque de la prolongation de la pandémie est en vue au Maroc, puisque, « la récente résurgence de la pandémie, qui s’avère plus difficile à éradiquer, suggère qu’une demande extérieure et intérieure plus modérée est désormais possible », ont-ils expliqué. Et ici, le confinement n’est pas une meilleure solution pour le Maroc. Ainsi, « les mesures protectionnistes pourraient perturber le commerce et l’intégration du Maroc dans les chaînes de valeur mondiales », a indiqué le rapport réalisé grâce à Roberto Cardarelli.

En ce qui concerne le chômage au Maroc, le FMI envisage que son augmentation, de même qu’une forte participation aux activités informelles, peuvent entraîner des conséquences sur l’accumulation du capital humain. De plus, les flux commerciaux seront aussi revus à la baisse en raison des tensions géopolitiques et les risques sécuritaires, sans oublier les perturbations de la production pétrolière.

Même si le Maroc est encore au cœur des répercussions de la crise sanitaire, le soutien aux entreprises et aux travailleurs lourdement impactés par la crise, demeure une priorité pour le royaume, a ajouté le FMI. Pour l’institution, Bank-Al-Maghrib (BAM) « devra peut-être intervenir rapidement pour remédier aux faiblesses du secteur financier », et les autorités doivent également jouer leur rôle en fournissant « des garanties supplémentaires sur les engagements bancaires et à créer l’espace budgétaire nécessaire pour fournir des capitaux aux banques d’importance systématique », suggère le FMI.

Sujets associés : Investissement - FMI - Bank Al-Maghrib (BAM) - Crise économique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Le Maroc bientôt dans le top 50 des meilleures économies du monde

Le Maroc a réalisé des bonds qualitatifs au plan économique au cours des dix dernières années, et ambitionne de figurer sur la liste des 50 meilleures économies mondiales.

Maroc : licenciements en masse dans l’hôtellerie ?

Après plus de 7 mois d’inactivité, et devant les perspectives qui ne sont toujours pas bonnes, bien des établissements hôteliers marocains se préparent à se séparer de tout ou...

Maroc : forte hausse de la dette extérieure

À fin 2019, l’encours de la dette extérieure publique a atteint 29,7 % du Produit intérieur brut (PIB), soit plus de 339,8 milliards de dirhams (MMDH), selon les données de la...

Les recommandations du FMI pour le Maroc

La situation incertaine que traverse l’économie marocaine à pousser le Fonds monétaire international (FMI) à conseiller la réduction du ratio dette publique/Produit intérieur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le dirham marocain baisse encore face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,76% face au dollar américain et de 0,76% vis-à-vis de l’euro durant la période allant du 17 au 23 août 2023, selon les chiffres publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 août, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Chute du dirham face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 3,86 % face à l’euro et de 2,67 % vis-à-vis du dollar américain, au quatrième trimestre de l’année 2022. C’est ce que précise Bank Al-Maghrib (BAM) dans un récent rapport sur la politique monétaire.

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Le dirham stable face à l’euro

La devise marocaine est restée quasi stable face à l’euro et s’est dépréciée de 0,87 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 16 au 22 février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.