Maroc : conflit au sein des cabinets ministériels

1er octobre 2022 - 11h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Les membres de cabinets ministériels au Maroc se déchirent sur les prérogatives. À l’origine de ce conflit, le retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux.

Une mauvaise ambiance règne au sein des cabinets ministériels à cause du retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux dû notamment à la condition imposant une expérience de 20 années au moins pour toute personne proposée à un tel poste. Jusque-là, plusieurs ministères peinent à remplacer les anciens secrétaires généraux du Parti de la justice et du développement (PJD) remerciés après l’arrivée au pouvoir du Rassemblement national des indépendants (RNI) d’Aziz Akhannouch.

À lire : Maroc : pas de blocage dans la nomination des secrétaires d’État

Dans les ministères du Commerce et de l’industrie, celui de la solidarité, l’insertion sociale et la famille, le ministère du tourisme, le ministre de l’Économie et des finances ou encore le département de l’agriculture, plusieurs directeurs se plaignent des membres des cabinets des ministres qui outrepassent leurs prérogatives, rapporte le quotidien arabophone Assabah. Certains d’entre eux ont démissionné de leur poste pour manifester leur mécontentement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration

Aller plus loin

Maroc : des ministres veulent se débarrasser de leurs secrétaires généraux

Bon nombre de ministres cherchent à se passer des services des secrétaires généraux de leurs départements nommés sous les précédents gouvernements islamistes. Après les avoir...

Maroc : pas de blocage dans la nomination des secrétaires d’État

Nizar Baraka, secrétaire général de l’Istiqlal et ministre de l’Équipement assure qu’il n’y a ni blocage, ni retard dans la nomination des futurs secrétaires d’État. Cette...

Maroc : voici ce qui bloque la nomination des secrétaires d’État

Aucun secrétaire d’État n’a été encore nommé, trois mois après l’installation du gouvernement Akhannouch. L’achoppement serait au niveau du ministère des Affaires étrangères.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Des voitures de luxe acquises par le ministère de la Transition numérique ?

Ghita Mezzour, ministre déléguée en charge de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, a démenti l’acquisition d’une voiture de luxe pour 2,48 millions de dirhams et d’une autre pour 1,27 MDH.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.