Maroc : conflit au sein des cabinets ministériels

1er octobre 2022 - 11h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Les membres de cabinets ministériels au Maroc se déchirent sur les prérogatives. À l’origine de ce conflit, le retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux.

Une mauvaise ambiance règne au sein des cabinets ministériels à cause du retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux dû notamment à la condition imposant une expérience de 20 années au moins pour toute personne proposée à un tel poste. Jusque-là, plusieurs ministères peinent à remplacer les anciens secrétaires généraux du Parti de la justice et du développement (PJD) remerciés après l’arrivée au pouvoir du Rassemblement national des indépendants (RNI) d’Aziz Akhannouch.

À lire : Maroc : pas de blocage dans la nomination des secrétaires d’État

Dans les ministères du Commerce et de l’industrie, celui de la solidarité, l’insertion sociale et la famille, le ministère du tourisme, le ministre de l’Économie et des finances ou encore le département de l’agriculture, plusieurs directeurs se plaignent des membres des cabinets des ministres qui outrepassent leurs prérogatives, rapporte le quotidien arabophone Assabah. Certains d’entre eux ont démissionné de leur poste pour manifester leur mécontentement.

Sujets associés : Administration

Aller plus loin

Maroc : pas de blocage dans la nomination des secrétaires d’État

Nizar Baraka, secrétaire général de l’Istiqlal et ministre de l’Équipement assure qu’il n’y a ni blocage, ni retard dans la nomination des futurs secrétaires d’État. Cette...

Maroc : des ministres veulent se débarrasser de leurs secrétaires généraux

Bon nombre de ministres cherchent à se passer des services des secrétaires généraux de leurs départements nommés sous les précédents gouvernements islamistes. Après les avoir...

Maroc : voici ce qui bloque la nomination des secrétaires d’État

Aucun secrétaire d’État n’a été encore nommé, trois mois après l’installation du gouvernement Akhannouch. L’achoppement serait au niveau du ministère des Affaires étrangères.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Salaires : bonne nouvelle pour les Marocains

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : Laftit veut mettre fin à « l’héritage » des agréments de taxis

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a décidé d’encadrer le transfert des agréments des taxis. De nouvelles conditions ont été ainsi définies.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.