Le Maroc exigera de l’Espagne le contrôle de l’espace aérien au Sahara

23 octobre 2022 - 11h50 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Maroc envisage de contrôler l’espace aérien au-dessus du Sahara. La proposition sera débattue lors de la prochaine réunion de haut niveau avec l’Espagne prévue en novembre, mais qui pourrait être reportée.

L’espace aérien au-dessus du Sahara est sous le contrôle des autorités espagnoles et mauritaniennes qui autorisent les avions commerciaux qui desservent l’Amérique du Sud et l’Europe à le survoler, mais aussi les avions militaires marocains qui y effectuent des opérations. C’est la raison pour laquelle le Maroc souhaiterait avoir le contrôle de cet espace aérien, indiquent des sources politiques à Ok Diario.

Selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), chaque avion, commercial comme militaire, qui transite par cette zone doit se présenter au Centre de contrôle du trafic aérien situé à l’aéroport de Gando, où opère également l’armée de l’air espagnole. Les contrôleurs aériens soulignent que des avions militaires et des avions de chasse marocains survolent fréquemment cette zone sans informer le centre.

À lire : Le Maroc veut contrôler l’espace aérien du Sahara

Pour des raisons d’organisation et de sécurité du trafic aérien, le Maroc informe la plupart du temps les îles Canaries de la présence de ses avions au-dessus du ciel du Sahara. Mais l’état bon ou mauvais des relations diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc déteint sur cette collaboration. En mai 2021, après l’assaut massif de migrants à Sebta, les vols militaires marocains ont cessé d’informer de leurs activités dans l’espace aérien du Sahara, expliquent des sources du contrôle du trafic aérien canarien.

Le Maroc veut que l’Espagne, en particulier Enaire, renonce à ce contrôle aérien au profit de l’Office national des aéroports (ONDA). Mohammed VI fera cette proposition à Pedro Sanchez lors de la rencontre de haut niveau prévue en novembre, assurent les mêmes sources, ajoutant que si l’Espagne cédait l’espace aérien, elle aurait ainsi donné tout le Sahara au Maroc, après avoir déclaré en mai son soutien au plan marocain d’autonomie de ce territoire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Sahara Marocain

Aller plus loin

Mohammed VI : le Sahara « n’est pas à négocier »

Le roi Mohammed VI a affirmé, lors de son discours à l’occasion de l’anniversaire de la « Marche verte », que le Sahara ne fera jamais l’objet d’une quelconque négociation.

Gestion de l’espace aérien du Sahara : l’Espagne dit non au Maroc

L’Espagne a informé le Maroc que le transfert de la gestion de l’espace aérien du Sahara n’aura pas lieu. Une décision qui, selon certaines sources, aurait provoqué la reprise...

Contrôle de l’espace aérien du Sahara : l’Espagne va passer le relais au Maroc

Le gouvernement espagnol a reconnu avoir engagé des négociations avec le Maroc en vue du transfert de la gestion de l’espace aérien du Sahara qui, depuis des décennies, est géré...

Le Maroc veut reprendre à l’Espagne le contrôle de l’espace aérien du Sahara

L’Espagne a accepté de céder le contrôle aérien du Sahara au Maroc. Le président Pedro Sanchez devrait marquer son accord pour ce changement lors de la Réunion de haut niveau...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Le mystère de la lettre de Pedro Sánchez au roi Mohammed VI

Le gouvernement espagnol continue de refuser de divulguer le contenu de la lettre envoyée par Pedro Sánchez au roi Mohamed VI, le 14 mars 2022. Cette lettre est considérée comme le « secret mieux gardé de la politique espagnole », s’étonne un journal...

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.