Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

8 janvier 2023 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de cette année.

La loi de finances 2023 a relevé le montant de la retenue à la source de 17 à 30 % pour les enseignants vacataires de l’enseignement et de la formation professionnelle évoluant dans le privé. La mesure est entrée en vigueur depuis le 1ᵉʳ janvier 2023 et oblige les écoles privées à effectuer cette retenue de 30 %, soit une surtaxe de 13 % par rapport à l’année dernière, rapporte Challenge.

À lire : Maroc : risque d’augmentation des frais de scolarité dans les écoles privées ?

Pour la Fédération de l’enseignement privé (FEP) de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cette hausse de l’IR va induire une augmentation de plus de 6 % du coût de la masse salariale des établissements, estimée actuellement à 65-70 %. Une situation qui va contraindre les établissements à également revoir à la hausse les frais de scolarité d’environ 5 %, souligne la FEP, rappelant que les enseignants vacataires forment plus de 60 % des effectifs des écoles privées.

À lire : Maroc : les élèves désertent les écoles privées

« En novembre dernier, nous alertions le gouvernement sur l’impact que pourrait avoir une telle mesure fiscale sur les frais de scolarité dans les écoles privées… », déplore pour sa part Noureddine Akkouri, président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves au Maroc (FNAPEM), ajoutant que « cette hausse des frais de scolarité que les écoles tenteront d’imposer aux familles marocaines, nuirait à la situation économique des ménages qui est déjà très difficile ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Impôts - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Maroc : les élèves désertent les écoles privées

Boudée depuis des années, l’école publique semble avoir un regain d’intérêt chez les parents. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre de l’Éducation nationale, de la...

Maroc : risque d’augmentation des frais de scolarité dans les écoles privées ?

Une probable augmentation des frais de scolarité pourrait toucher les écoles privées au Maroc. La nouvelle sans être vérifiée suscite déjà colère et mécontentement chez les...

Maroc : les parents d’élèves exonérés des frais de scolarité du mois de septembre

Suite au report de la rentrée scolaire au 1ᵉʳ octobre prochain et la montée au créneau de certains parents qui craignaient de payer les frais de scolarité du mois de septembre,...

Écoles privées au Maroc : mauvaise nouvelle pour les parents

Mauvaise nouvelle pour des parents d’élèves au Maroc. Des écoles privées prévoient d’augmenter encore leurs frais de scolarité à la rentrée prochaine.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : du changement pour l’impôt sur les revenus locatifs

Au Maroc, l’imposition des revenus locatifs a connu des modifications majeures depuis 2023. Des changements qui ont un impact significatif sur les contribuables concernés.

Subventions maintenues au Maroc : un répit pour le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement marocain a décidé de maintenir les subventions du gaz butane, du sucre et de la farine au titre de l’exercice 2024 dont le budget est estimé à 16,36 milliards de dirhams dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Impôts : le Maroc cible les résidences secondaires

Des dizaines de milliers de propriétaires de résidences secondaires au Maroc ont reçu des notifications fiscales de la Trésorerie générale du Royaume, réclamant le paiement d’arriérés de taxe d’habitation et de taxe de propreté.

Maroc : les cigarettes vont coûter plus cher

Les prix des paquets de cigarettes connaîtront une hausse dès le 1ᵉʳ janvier au Maroc, conformément aux dispositions relatives au relèvement de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le tabac.