Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

8 janvier 2023 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de cette année.

La loi de finances 2023 a relevé le montant de la retenue à la source de 17 à 30 % pour les enseignants vacataires de l’enseignement et de la formation professionnelle évoluant dans le privé. La mesure est entrée en vigueur depuis le 1ᵉʳ janvier 2023 et oblige les écoles privées à effectuer cette retenue de 30 %, soit une surtaxe de 13 % par rapport à l’année dernière, rapporte Challenge.

À lire : Maroc : risque d’augmentation des frais de scolarité dans les écoles privées ?

Pour la Fédération de l’enseignement privé (FEP) de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cette hausse de l’IR va induire une augmentation de plus de 6 % du coût de la masse salariale des établissements, estimée actuellement à 65-70 %. Une situation qui va contraindre les établissements à également revoir à la hausse les frais de scolarité d’environ 5 %, souligne la FEP, rappelant que les enseignants vacataires forment plus de 60 % des effectifs des écoles privées.

À lire : Maroc : les élèves désertent les écoles privées

« En novembre dernier, nous alertions le gouvernement sur l’impact que pourrait avoir une telle mesure fiscale sur les frais de scolarité dans les écoles privées… », déplore pour sa part Noureddine Akkouri, président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves au Maroc (FNAPEM), ajoutant que « cette hausse des frais de scolarité que les écoles tenteront d’imposer aux familles marocaines, nuirait à la situation économique des ménages qui est déjà très difficile ».

Sujets associés : Education - Impôts - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Maroc : risque d’augmentation des frais de scolarité dans les écoles privées ?

Une probable augmentation des frais de scolarité pourrait toucher les écoles privées au Maroc. La nouvelle sans être vérifiée suscite déjà colère et mécontentement chez les...

Maroc : les écoles privées ne veulent pas renégocier les frais

La fixation des frais de scolarité et d’assurance suggérée par le ministère de l’Éducation nationale, n’est pas du goût des dirigeants d’écoles privées. Ces derniers...

Maroc : les parents d’élèves exonérés des frais de scolarité du mois de septembre

Suite au report de la rentrée scolaire au 1ᵉʳ octobre prochain et la montée au créneau de certains parents qui craignaient de payer les frais de scolarité du mois de septembre,...

Maroc : les élèves désertent les écoles privées

Boudée depuis des années, l’école publique semble avoir un regain d’intérêt chez les parents. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre de l’Éducation nationale, de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici le coût du service militaire obligatoire

Dans le cadre du rétablissement du service militaire obligatoire, le gouvernement a mobilisé des ressources financières très importantes. Ainsi la 37ᵉ promotion recrutée cette année a coûté à l’État un peu moins d’un milliard de dirhams.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Loi de finances 2023 : Akhannouch demande aux ministres de réduire les dépenses

Le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, a demandé aux ministres de réduire les dépenses de fonctionnement de leurs départements et de faire des économies sur leurs déplacements (en avion et voitures de fonction).

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

La douane marocaine va renforcer la lutte contre la fraude en 2023

Le projet de loi de Finances (PLF) 2023 prévoit de nouvelles mesures douanières visant à lutter contre la fraude.

Maroc : le gouvernement prévoit une aide au logement

Le gouvernement prévoit dans le budget 2023 la mise en place d’une aide pour le soutien au logement au profit des acquéreurs éligibles.