Maroc : scandale de corruption impliquant des gendarmes et un baron de drogue

25 novembre 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Poursuivis en état de détention pour corruption, chantage et diffamation, deux gendarmes qui exerçaient à la brigade de Lalla Mimouna relevant du commandement de la gendarmerie royale de Souk El Arbaa et un trafiquant de drogue ont été condamnés en première instance à de la prison ferme.

Jeudi, le tribunal de première instance de Souk El Arbaa a rendu son jugement. Les deux gendarmes exerçant à la brigade de Lalla Mimouna relevant du commandement de la gendarmerie royale de Souk El Arbaa, ont écopé d’une peine de dix mois de réclusion criminelle pour corruption et chantage. Quant au trafiquant de drogue, qui avait filmé la scène qui les mettant en cause, il a été condamné à huit mois de prison ferme pour diffamation, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar.

À lire :Maroc : deux gendarmes et un baron de drogue en prison pour corruption

À l’origine de l’éclatement de cette affaire, la diffusion d’une vidéo montrant un trafiquant de drogue en train de remettre de l’argent à deux gendarmes pour qu’ils ne tiennent pas rigueur de son activité criminelle. Dans la même vidéo, le baron de drogue négocie avec l’un des gendarmes l’exonération d’une contravention contre une somme d’argent. La diffusion de la vidéo a conduit le commandement régional de la gendarmerie royale de Kénitra à ordonner l’ouverture d’une enquête. Les éléments d’une brigade spéciale relevant des services centraux de la gendarmerie ont alors effectué une descente dans la région du Gharb.

À lire :Des gendarmes marocains accusés de complicité avec un trafiquant de drogues

Les investigations ont porté leurs fruits. Les enquêteurs ont rapidement interpellé le trafiquant de drogue. Ils ont ensuite arrêté le gendarme, acteur principal dans les négociations sur le montant de la corruption, puis ont réussi à interpeller son complice à la brigade de Ouaouizeght dans la province d’Azilal où, il a été fraichement muté. Après leur placement en garde à vue et déferrement devant le parquet compétent près le tribunal de première instance de Souk El Arbaa du Gharb, les trois suspects ont été incarcérés à la prison locale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Prison - Souk Larbaa - Gendarmerie Royale - Trafic - Chantage

Aller plus loin

Maroc : deux gendarmes en prison pour corruption

Deux responsables de la gendarmerie de Nouaceur et Deroua, ainsi que l’épouse d’un trafiquant de drogue ont été écroués à la prison d’Oukacha pour corruption et chantage.

Des gendarmes marocains accusés de complicité avec un trafiquant de drogues

La Gendarmerie royale enquête sur la participation éventuelle de ses éléments au trafic de drogue dans la ville de Belyounech, non loin de Sebta.

Maroc : des gendarmes accusés de complicité avec un trafiquant de drogue

Plusieurs agents de la brigade de gendarmerie de Deroua, dans la province de Berrechid, seraient impliqués dans une affaire de trafic de drogue. Ils sont soupçonnés d’avoir «...

Maroc : A 80 ans, un gros baron de la drogue se rend à la police

Un baron de la drogue, originaire de la région de Nador et activement recherché au niveau national, s’est livré jeudi dernier à la Gendarmerie royale à Rabat. Il serait le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les auteurs d’infractions routières plus durement sanctionnés

Au Maroc, certaines infractions routières seront plus sévèrement punies. Tel est le vœu de la Gendarmerie royale qui mise sur la correction de certaines lacunes judiciaires.

Des nouvelles caméras-piétons pour les gendarmes marocains

La Gendarmerie Royale a reçu dernièrement des nouvelles caméras-piétons. Ces dispositifs doivent protéger les gendarmes lors de leur intervention mais aussi servir de preuve en cas de contestation de l’infraction.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

La police marocaine exemptée de contrôle de vitesse

Le gouvernement s’apprête à adopter un nouveau projet de décret visant à exempter les véhicules de la police, de la gendarmerie et des forces auxiliaires de l’obligation d’installation d’un dispositif de mesure de vitesse.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Des soucis avec les bagages à l’aéroport Mohammed V de Casablanca

L’aéroport Mohammed V de Casablanca, en collaboration avec la Royal Air Maroc (RAM) et l’Office national des aéroports (ONDA), vient de créer une équipe spéciale pour améliorer la gestion des bagages en correspondance.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.