Le Maroc, bon élève en gouvernance fiscale

2 mars 2021 - 05h40 - Economie - Ecrit par : P. A

Le 22 février, l’Union européenne a retiré le Maroc de la liste grise des paradis fiscaux. Cette décision ouvre une nouvelle ère pour les relations entre les opérateurs économiques marocains et européens, du secteur public comme privé.

La décision de l’Union européenne de retirer le Maroc de la liste grise des paradis fiscaux, va sans doute rassurer les investisseurs étrangers, financiers ou industriels et contribuer à nouer de grands partenariats entre opérateurs économiques marocains et européens.

Cette décision s’inscrit en droite ligne des réformes fiscales entreprises par le Maroc depuis 2018 pour promouvoir la bonne gouvernance fiscale, conformément aux conditions de l’UE et aux normes internationales. Entre autres mesures, on peut citer la modification du régime fiscal de Casablanca Finance City, qui répond désormais aux principes de concurrence fiscale loyale, et l’adoption dans la Loi de finances 2021, de deux régimes fiscaux relatifs aux zones franches et aux entreprises d’exportation.

Les réformes fiscales du Maroc ont été d’ailleurs saluées par la Banque mondiale qui a inscrit le royaume dans le Top 50 de son classement Doing Business. Désormais « Green Lighted », le Maroc se veut un partenaire économique respectueux des engagements internationaux envers ses partenaires européens. Cette posture vertueuse va « inciter à plus de compétitivité, y compris procédurale, administrative, etc. », explique l’économiste Ahmed Azirar, directeur des études à l’Institut marocain d’intelligence stratégique, qui salue la décision de l’UE.

Les Seychelles et onze autres pays des Îles des Caraïbes considérés comme des paradis fiscaux, demeurent sur la liste noire de l’UE avec qui ils refusent même « d’engager un dialogue ou de remédier aux manquements en matière de bonne gouvernance fiscale ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Union européenne - Politique économique - Evasion fiscale - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

La princesse Lalla Hasna citée dans l’enquête des « Pandora Papers »

Plusieurs personnalités africaines, dont des Marocains, auraient dissimulé des sociétés dans des juridictions secrètes, principalement dans des pays riches. C’est ce que révèle...

Maroc : la pression fiscale repose sur les salariés

Au Maroc, seulement 1 % des entreprises actives dans le fichier du fisc assurent régulièrement leur redevance vis-à-vis de l’État. Les contribuables pressurés crient à l’injustice.

L’UE retire le Maroc de sa liste grise des paradis fiscaux

Le Maroc ne figure plus sur la liste grise des paradis fiscaux de l’Union européenne (UE). Ainsi en a décidé le Conseil des affaires étrangères de l’union ce lundi.

Le Maroc devrait sortir définitivement de la liste grise de l’UE

Dans quelques semaines, l’Union européenne va procéder à une mise à jour de sa liste grise des systèmes financier et fiscal dans laquelle figure le Maroc. A Rabat où on...

Ces articles devraient vous intéresser :

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Impôts : Marocains, ce qui vous attend en 2024 !

Au Maroc, de nombreuses mesures fiscales majeures de la loi de finances 2024 ont été actées pour la nouvelle année, puis publiées au Bulletin officiel n° 7259 bis, daté du 25 décembre 2023. Voici ce qu’il faut retenir.

La douane marocaine va renforcer la lutte contre la fraude en 2023

Le projet de loi de Finances (PLF) 2023 prévoit de nouvelles mesures douanières visant à lutter contre la fraude.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...