Maroc-Héritage : du nouveau pour les terres agricoles

11 mai 2020 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Contrainte majeure pour les bénéficiaires, l’héritage concernant les terres relevant du domaine privé de l’État est désormais une réalité au Maroc, grâce à un nouveau texte adopté jeudi par le conseil de gouvernement.

L’Exécutif a examiné et adopté le projet de loi n° 63.18 modifiant et complétant la loi relative à l’attribution à des agriculteurs, des terres agricoles ou à vocation agricole faisant partie du domaine privé de l’État (Dahir de 1972), lors de sa réunion hebdomadaire.

Selon Said Amzazi, porte-parole du gouvernement, le texte présenté par le ministre de tutelle, Aziz Akhannouch, a été approuvé "après avoir pris en considération les remarques soulevées à son sujet". L’objectif de la loi, qui concerne surtout les petits agriculteurs et s’applique aux lots de terrains situés en dehors du périmètre urbain, est de "libéraliser le secteur de la réforme agraire de toutes les obligations et charges, et partant, d’assainir ce secteur de manière définitive".

Grâce à ces nouvelles dispositions, les héritiers de l’attributaire pourront désormais se subroger à lui, conformément aux règles de la succession, au lieu d’attribuer la terre agricole à un seul héritier, tel que le disposait l’ancien texte. Trois cas de figure sont dès lors prévus par l’article 2 du projet : "En cas de décès de l’attributaire du lot, la propriété dudit lot et les biens d’équipement nécessaires à son exploitation, se transmettent directement à ses héritiers, conformément aux règles de l’héritage. De même, si un contrat de vente n’a pas été conclu avec le bénéficiaire décédé, il est conclu avec ses héritiers. Dans le cas où la personne décédée n’a pas d’héritiers, l’État reprend le lot et les biens d’équipement nécessaires à son exploitation et ledit lot ne sera plus soumis aux dispositions de la présente loi".

D’après l’ancien texte désormais caduc, en cas de décès du bénéficiaire, le lot de terrain agricole était "réattribué à l’un des héritiers", ou restitué à l’État qui lui, l’attribue "à un autre bénéficiaire en dehors des héritiers, si ces derniers ne remplissent pas certaines conditions, ou s’ils ne présentent pas des demandes d’attribution dans les délais, ou encore, en cas d’absence d’héritiers".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Ministère de l’Education nationale

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd Al Adha au Maroc : cheptel en baisse, prix en hausse

Alors que l’Aïd Al Adha approche, le ministère de l’Agriculture se prépare à faire face à une possible augmentation des prix des moutons au Maroc. L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à 5,6 millions de têtes, un chiffre...

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.