Maroc : l’heure GMT+1 refait débat

3 octobre 2022 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Quatre ans après, le passage définitif à l’heure GMT+1 divise toujours. La semaine dernière, l’opposition est montée une fois encore au créneau pour dénoncer cette disposition, soutenant que ce choix du gouvernement présente plus d’inconvénients que d’avantages.

Malgré les explications du gouvernement, les protestations resurgissent au sein de la société, concernant l’instauration de l’heure d’été de façon permanente au Maroc. Ce calendrier présenterait plusieurs bénéfices environnementaux et économiques, avait récemment défendu l’exécutif.

Des arguments qui sont de nouveau réfutés par certains contestataires qui ont dressé un bilan inquiétant sur l’application de ce décret. Au parlement, trois formations politiques ont appelé le gouvernement à abandonner ce dispositif qualifié de préjudiciable à plusieurs égards. Il s’agit du PPS, le MP et l’USFP.

A lire : Au Maroc, l’horaire GMT+1 fait de nouveau polémique

Pour défendre leur position, ces partis ont pointé les effets néfastes du GMT+1, aussi bien économiques que sociaux. Selon eux, cette application est à la base de l’augmentation des cas d’agressions sur la voie publique, troubles du sommeil, hausse de la consommation d’énergie électrique et d’hydrocarbures, multiplication des accidents de la route…

Nostalgiques de l’heure GMT, les parlementaires ont estimé que ce changement impacte fortement la productivité dans le domaine de la construction et de l’agriculture, où la plupart des métiers commencent à l’aube. Sans parler du moral des Marocains qui, depuis l’instauration de l’heure d’été toute l’année dans le Royaume, sont de plus en plus nombreux à se lever du mauvais pied.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Heure d’été

Aller plus loin

Au Maroc, l’horaire GMT+1 fait de nouveau polémique

La députée Nezha Mekdad a interpellé Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports sur le maintien de l’heure GMT+1 à l’occasion de la...

Le ramadan est fini, le Maroc change d’heure

Après avoir annoncé le retour à l’heure GMT, le 19 mars dernier à l’occasion du ramadan, le Maroc retournera ce 23 dimanche avril à 2 h 00, au fuseau horaire GMT+1. L’heure...

Le Maroc a changé d’heure cette nuit

Le Maroc est repassé cette nuit à l’heure GMT, conformément aux dispositions du décret 2.18.855 du 26 octobre 2018 relatif à l’heure légale et à l’arrêté du Chef de gouvernement...

Le Maroc change d’heure pour le ramadan

À quelques jours du début du mois de ramadan, le ministère marocain de la Transition numérique et de la Réforme administrative a annoncé le passage à l’heure GMT.

Ces articles devraient vous intéresser :

Lenteur d’Internet au Maroc : les critiques d’un député

Le député Ahmed Abbadi du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des représentants a dénoncé le faible débit de la connexion Internet dans plusieurs villes et régions du Maroc, imputant la responsabilité de cette...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.