Maroc : Les Italiens changent d’approche

2 avril 2007 - 00h46 - Monde - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

L’Italie poursuit sa politique agressive pour se positionner sur le marché marocain. Non plus comme simple exportateur, mais surtout en tant que partenaire. C’est en tout cas ce qui a été affirmé par les différents représentants de la délégation d’hommes d’affaires en visite au Maroc du 27 au 29 mars.

Composée d’une trentaine d’entreprises du secteur électrique, électrotechnique et éclairage, la mission est conduite par Guidalberto Guidi, président de la Fédération des entreprises du secteur (Anie) et vice-président de la Cofindustria (Confédération générale des industries italiennes). « C’est une mission importante du fait même du profil des entreprises présentes ainsi que du secteur lui-même qui représente à lui seul 12% de l’ensemble des échanges entre l’Italie et le Maroc », souligne Umberto Lucchesi Palli, ambassadeur d’Italie lors d’une table ronde mercredi 28 mars à Rabat. Cette fois-ci, précise pour sa part le président de l’Anie, les opérateurs économiques italiens viennent au Maroc avec la ferme conviction de faire des affaires. D’ailleurs, les trois jours de la mission sont ponctuées de rencontres B2B. Rappelons que cette visite intervient quatre mois après la mission conduite par Emma Bonino, ministre du Commerce extérieur (www.leconomiste.com).

« L’Italie souhaite développer ses relations économiques avec le Maroc. L’idéal pour nous est d’en devenir un partenaire privilégié », affirme l’ambassadeur italien. Mais il faut dire que malgré sa position de troisième partenaire commercial du Maroc, l’Italie est encore à la traîne en termes d’investissements. En comparaison avec d’autres pays méditerranéens, ceux-ci sont en effet jugés encore faibles.

L’Italie n’est que le huitième investisseur au Maroc, souligne-t-on auprès de l’Institut italien pour le commerce extérieur (ICE). Les montants investis n’ont pas dépassé 286 millions de DH au cours des neuf premiers mois de 2006. Bien loin derrière la France qui demeure le premier investisseur au Maroc avec plus de 6 milliards de DH. Certes, les investissements italiens ont légèrement progressé (+1,5%) par rapport à la même période de 2005, où ils n’atteignaient que 174,7 millions de DH, mais les opérateurs économiques des deux pays s’accordent à dire qu’ils sont encore bien en deçà du potentiel offert de part et d’autre. Une situation découlant en grande partie de la composition du tissu économique italien dominé par des PME, tout comme celui marocain d’ailleurs. Ce qui limite les investissements au-delà des frontières.

Il n’empêche, les Italiens, attirés par le nouveau climat des affaires, la stabilité politique et les opportunités offertes notamment avec les grands chantiers lancés par le pays, sont déterminés aujourd’hui plus que jamais à changer d’approche. « Nous voulons sortir du schéma traditionnel de relations qui lient nos deux pays et qui se résument particulièrement à des exportations/importations », insiste le président de l’Anie. « Nous voulons que nos PME sortent à l’étranger. Des lignes de crédits et des facilités leur sont accordées pour les encourager », soutient pour sa part le représentant du Simest, organisme chargé de l’incitation aux investissements à l’étranger. De son côté, Hammad Kassal, vice-président de la CGEM affirme : « Nos amis italiens ont leur place au Maroc. Il est temps qu’ils abandonnent leur approche de vendeurs pour celle d’investisseurs », soutient-il.

Le Maroc, ajoute-t-il, regorge de potentialités et des partenariats gagnant/gagnant peuvent être noués entre opérateurs marocains et italiens. Ces derniers, précise-t-il, pourront profiter de toute l’aide nécessaire pour produire au Maroc. Pour leur part, les opérateurs marocains bénéficieront du soutien des italiens pour pénétrer le marché international.

Plus que le PIB du Maroc !

55 milliards d’euros, plus que le PIB marocain ! C’est le chiffre d’affaires du secteur électrique, électrotechnique et éclairage italien. A lui seul, ce secteur représente 47% de l’industrie italienne. L’Anie (Fédération nationale des entreprises électrotechniques électriques et éclairage) regroupe 1.200 entreprises employant un effectif de 350.000 personnes. Ce sont principalement des structures moyennes, dont le chiffre d’affaires est compris entre 100 millions et 500 millions d’euros.

L’Economiste - Khadija El Hassani

Sujets associés : Italie - Exportations - Politique économique

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Italie

Italie : la galère commence pour les MRE

Le premier ferry chargé de transporter les Marocains résidant à l’étranger depuis le port de Gênes en Italie, est débordé, entre contrôle des passagers et respect des mesures sanitaires. La police italienne a mis en place une unité de patrouille pour garantir...

Hakim Ziyech impatient de rejoindre l’AC Milan

L’international marocain Hakim Ziyech a hâte d’intégrer l’effectif de l’Ac Milan la saison prochaine. De son côté, le club italien poursuit les négociations avec Chelsea.

Les bons conseils d’Hervé Renard à Achraf Hakimi

L’ancien sélectionneur des Lions de l’Atlas, Hervé Renard, a pesé de son poids dans le choix fait par Achraf Hakimi, qui, il y a quelques jours, a décidé de s’engager au sein de l’Inter Milan. Dans un entretien, le Français a fait des révélations qui...

L’Italie félicite le Maroc pour ses efforts au règlement du conflit dans le Sahara marocain

Le Maroc a été félicité par l’Italie pour les nombreux efforts qu’il déploie dans la résolution du différend régional autour du Sahara marocain.

Les MRE d’Italie manifestent à Rabat et appellent le roi Mohammed VI au secours

Bloqués au Maroc depuis plus de trois mois en raison de la crise sanitaire liée au covid-19, les Marocains résidant en Italie ont organisé, lundi 29 juin, un sit-in devant le siège du Parlement à Rabat pour exiger leur rapatriement. Ils ont appelé le roi...

Exportations

Les exportations d’aubergines marocaines vers les États-Unis menacées

En tout, six insectes ravageurs menacent les exportations d’aubergines marocaines vers les États-Unis. C’est ce qui ressort d’un rapport du Service d’inspection sanitaire des animaux et des plantes (Animal and Plant Health Inspection Service ou APHIS)...

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au...

Les entreprises de vêtements délaissent la Chine pour le Maroc

Avec la recrudescence des cas de variant Delta en Chine et au Vietnam, plusieurs grandes entreprises de vêtements et de chaussures quittent ces pays pour s’installer dans des pays plus proches de leurs magasins aux États-Unis, en Europe ou au...

Maroc : réunion d’urgence des producteurs d’agrumes

Réunion urgente ce lundi 7 mars 2022 de l’Association des producteurs d’agrumes au Maroc (ASPAM). L’objectif est d’examiner la situation des agrumiculteurs marocains, impactés par le conflit russo-ukrainien.

Exportations de produits frais vers le Royaume-Uni : le Maroc en passe de surclasser l’Espagne

Le Maroc est à deux doigts de surclasser l’Espagne pour devenir le plus grand fournisseur de produits frais du Royaume-Uni. C’est du moins ce qu’affirme Robert Kimbell, président du nouveau parti dénommé The Time...

Politique économique

Maroc : le Chef du gouvernement exhorte à la préférence nationale

Le gouvernement marocain revient à la charge, pour la mise en œuvre effective de la préférence nationale, après un premier appel resté sans suite. C’est la meilleure voie pour faire face à cette crise économique sans précédent, ainsi que n’ont de cesse de le...

Les Russes boudent la tomate marocaine

Une enquête réalisée par Hortoinfo révèle que l’exportation de la tomate marocaine affiche une courbe variable sur le marché européen. Alors qu’elle est de plus en plus consommée en France, en Espagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, la Russie semble lui...

Maroc : les réserves en devises en nette progression

Au 21 janvier dernier, les réserves internationales nettes de devises au Maroc se sont établies à 329,1 milliards de dirhams, enregistrant ainsi une légère hausse de 0,2 % d’une semaine à l’autre, selon Bank...

Maroc : les prix des cigarettes augmentent, voici le détail (liste complète)

À compter de ce samedi 1ᵉʳ janvier 2022, les prix des tabacs manufacturés au Maroc connaîtront une augmentation, selon l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII).

L’économie marocaine reste solide malgré la guerre en Ukraine

L’économie marocaine reste solide malgré les effets de l’invasion de l’Ukraine et la pandémie du Covid-19, car le Maroc dispose d’instruments économiques capables d’absorber les chocs. Toutefois, elle est confrontée à des risques significatifs, selon le Fonds...