Accords de libre-échange : le Maroc met la pression sur la Tunisie et la Turquie

11 janvier 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Après la Turquie, le Maroc, décidé à veiller au respect des Accords de libre-échange avec ses partenaires, vient d’instaurer des listes négatives avec la Tunisie et l’Égypte, excluant provisoirement certains produits du démantèlement tarifaire appliqué avec ces pays et soumettant d’autres à une taxe unique de 17,5 %.

Ces mesures visent, non seulement à rééquilibrer la balance commerciale avec l’Égypte et la Tunisie, mais aussi et surtout à protéger la production locale contre l’importation de certains produits dans des secteurs clés, indiquent les autorités marocaines, soulignant que la finalité est d’assurer la pérennité des unités industrielles nationales et de préserver les emplois menacés.

À lire : Maroc : nouvelles règles pour les importations

La liste des importations égyptiennes exclues du démantèlement tarifaire concerne notamment six catégories de produits à savoir la poudre et les explosifs, les matières inflammables à l’exception des allumettes et briquets, les pneumatiques, la friperie, le fer à béton et les voitures. Une catégorie sensible a été ajoutée à cette liste, en l’occurrence le textile et habillement.

À lire : Maroc : recul des importations et exportations à fin novembre

Concernant la Tunisie, la liste négative couvre les mêmes catégories de produits excepté le textile, les tapis et les différents articles d’entretien comme les serpillières, lavettes et chamoisettes. Une liste supplémentaire de produits tunisiens soumis à une taxe unique de 17,5 % est également établie. Sont concernées les catégories de produits de l’agroalimentaire, de bâtiment, les jouets et stylos, les meubles pour bureaux, les boissons chocolatées, le café moulu, les produits cosmétiques, les produits de maquillage et bien d’autres encore.

Sujets associés : Importations - Tunisie - Accord de libre échange - Egypte - Ryad Mezzour

Aller plus loin

Le patronat tunisien dénonce la révision de l’ALE Maroc-Tunisie

Le Maroc a récemment procédé à une modification de l’Accord de libre-échange (ALE) avec la Tunisie, en excluant 18 catégories de produits. Une mesure qui n’est pas du goût des...

Le contrôle des importations de jouets renforcé

Plus que neuf jours avant la fête de l’Achoura. Le festival des jouets a déjà commencé. Il n’y a qu’à voir les marchés et kissariat. Poupées, pistolets, peluches et autres...

Maroc : les importations de blé vont fortement grimper cette année

Selon les dernières prévisions du Département américain de l’agriculture (USDA), publiées en mai dernier, l’Afrique du Nord pourrait devenir, en 2020/2021, le premier...

Fuite au Maroc des fortunes tunisiennes

En raison du climat socio-politique et économique tendu, les hommes d’affaires et leurs familles fuient la Tunisie pour s’installer au Maroc, aux Emirats arabes unis ou encore...

Ces articles devraient vous intéresser :

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Aïd Al-Adha : combien coûte un mouton importé ?

Le prix du mouton importé serait de l’ordre de 2 850 dirhams et non 700 dirhams, selon une rumeur distillée sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’indique la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage (FMAFE).

Un avion « made in Morocco » d’ici 2030

Le Maroc affiche de grandes ambitions concernant le secteur de l’industrie aéronautique. Il compte fabriquer son propre avion.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Maroc : une baisse des taxes sur les médicaments prévue en 2023

Afin de permettre aux Marocains d’avoir accès aux services de santé, le gouvernement envisage de revoir la fiscalité sur les médicaments et produits de santé. Des mécanismes sont en cours d’élaboration pour réduire la TVA sur l’importation de ces...

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Le Maroc ambitionne de doubler sa capacité de production de voitures électriques

Dans les trois ans à venir, le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour améliorer sa production en matière de voitures électriques, selon le ministre marocain de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour.

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.