Maroc : les magistrats en colère

15 janvier 2020 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les magistrats sont en colère. Ils l’ont manifesté par le rejet, pur et simple, du décret fixant leurs indemnités. À les en croire, le texte ne comble pas leurs attentes, car ne respecte aucun critère d’objectivité.

Le barème des indemnités que le gouvernement entend instaurer dans le cadre d’un projet de décret qui sera adopté jeudi prochain, n’est pas du goût des magistrats. Ceux-ci accusent le gouvernement d’avoir préparé ce décret et fixé ces indemnités sans leur collaboration. Ainsi, pour les magistrats, ces indemnités sont fixées de façon " unilatérale " et sont " injustes ".

Pour manifester sa colère, le club des magistrats a tenu une réunion extraordinaire samedi dernier, rapporte le quotidien Assabah. Après s’être indigné de la démarche du gouvernement, le club des magistrats a affirmé que ces indemnités "ne correspondent en rien à la nature ni à l’ampleur de la mission qui leur assignée et, encore moins, au principe de l’indépendance du pouvoir judiciaire". En clair, il s’agit là d’indemnités " trop maigres ", d’autant qu’il s’agit de montants bruts et donc sujets à des retenues à la source au titre de l’IR, détaille la même source qui s’appuie sur les déclarations du club des magistrats.

Chose " étonnante " d’après les magistrats, c’est que ce texte " porte sur certains aspects de la profession que seuls ceux qui l’exercent sont capables de maîtriser ". Autres agissements intolérables du gouvernement d’après les magistrats, c’est sa décision de rendre impossible le cumul de certaines indemnités. C’est le cas, notamment, des indemnités et primes de supervision et de gestion administrative qui ne peuvent, selon le projet de décret, être cumulées avec l’indemnité de permanence, par exemple, souligne Assabah. À tout ceci s’ajoutent la méthode adoptée pour calculer l’indemnité forfaitaire de transport et de logement, de même que celle fixée en fonction du grade des magistrats.

À tout le moins, selon le club, le gouvernement aurait pu respecter le principe d’équité qui voudrait que " ceux de grade inférieur bénéficient d’indemnités de montants supérieurs, au lieu de privilégier les magistrats de grade supérieur ". En définitive, les magistrats ont rejeté les " montants illogiques " proposés par le gouvernement et qui ne répondent à aucun critère d’objectivité, l’appelant à revoir sa copie en tâchant de les faire collaborer.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Maroc : les magistrats en colère

Le torchon brûle entre le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) et le Club des magistrats du Maroc au sujet des procédures disciplinaires. Ce club dénonce un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.