Maroc : des médecins inquiétés par la police

18 août 2019 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Quatre médecins de l’Hôpital provincial Lalla Meriem ont été auditionnés, le jeudi 15 août 2019, par le Parquet de Larache, suite à une plainte déposée par le Délégué provincial de la Santé. Les deux premiers sont accusés de désertion de poste, avec mise en danger de vie humaine, tandis que les deux autres sont coupables d’avoir délivré des certificats médicaux d’invalidité.

Scandale dans le secteur de la santé ! Le responsable de l’Hôpital provincial Lalla Meriem s’est lancé dans une bataille judiciaire contre quatre médecins gynécologiques, pour désertion de poste avec mise en danger de vie humaine. L’affaire, portée devant le Parquet, a été renvoyée à la Police judiciaire de la ville pour approfondissement d’enquête, après l’audition des mis en cause.

Tout est parti d’une demande de congés, qui a mal tourné. Les deux gynécologues exerçant au sein de l’hôpital indiqué, profitant des vacances de l’Aïd el-Adha, se sont absentés de leur poste, rapporte Le360.ma. Pour se tirer d’affaire, ces deux gynécologues ont déposé des certificats médicaux d’invalidité, couvrant la période de leur absence, et qui ont été signés par deux de leurs collègues du même Hôpital provincial.

Cette absence, malheureusement, a entraîné une paralysie au niveau du Service de la Maternité dudit hôpital, mettant ainsi en danger la vie des femmes enceintes. Face à cette situation, le Délégué provincial de la Santé a envoyé une contre-visite, à domicile, aux deux gynécologues. Se rendant compte qu’ils n’étaient plus chez eux, il a immédiatement saisi le Parquet de la ville, les accusant de désertion de poste.

Cette décision ne fait pas l’unanimité au sein de l’hôpital, notamment, au niveau des syndicats de la santé et de la province. Ceux-ci estiment que le responsable aurait dû suivre le circuit de la hiérarchie administrative, quoique convaincus de la lenteur de celle-ci. La voie de la justice a été saisie, expliquent des sources proches du même média, parce que des médecins spécialistes refusaient d’assurer la permanence durant les jours fériés, ce qui a mis en danger la vie des patients. Cette affaire met à nu l’échec du Gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani dans la mise en œuvre d’une loi relative à la fonction publique.

Sujets associés : Droits et Justice - Administration - Larache - Santé - Police marocaine

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Abdellatif Hammouchi donne des nouvelles priorités à la police en 2023

Afin de réussir sa mission en 2023, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a défini de nouvelles priorités qui ont été dévoilées, jeudi, lors de la réunion organisée au siège de l’institution.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Les joueurs marocains font la queue à l’infirmerie

Après l’euphorie de leur qualification aux quarts de finale de la coupe du monde, les joueurs marocains font face aux conséquences physiques.