Maroc : le torchon brûle entre les inspecteurs du travail et le ministre Mohamed Amekraz

14 novembre 2020 - 06h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les inspecteurs du travail ont entamé une grève le 4 novembre qui va se poursuivre jusqu’au 20 novembre. Ils reprochent au ministre de l’Emploi, Mohamed Amekraz de «  tergiverser  » face à leur cahier revendicatif.

L’Association marocaine des inspecteurs du travail (AMIT), le syndicat national des inspecteurs et fonctionnaires du ministère de Travail affilié à l’Union marocaine du travail (UMT), l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), la Confédération démocratique du travail (CDT) et la Fédération démocratique du travail (FDT) sont les initiateurs de cette grève. Ils se disent satisfaits de la grande mobilisation des inspecteurs de travail et de la réussite des premiers jours du débrayage. Selon eux, la grève a été suivie à 100% par la majorité des directions régionales et provinciales.

Le comité de coordination dénonce les agissements du directeur régional du travail et de l’insertion professionnelle à Casablanca contre le secrétaire général du Syndicat national des inspecteurs et fonctionnaires du ministère du Travail, membre de ce comité, rapporte Al Massae. Les inspecteurs du travail accusent M. Amekraz de «  tergiversations  » face à leur cahier revendicatif, mais aussi de gestion aléatoire du secteur. Se basant sur les prérogatives actées dans l’accord social signé le 25 avril 2019, ils appellent le chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani à intervenir.

Sujets associés : Grève - Union marocaine du travail - Fédération Démocratique du Travail - Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle - Mohamed Amekraz

Aller plus loin

Mésentente entre El Othmani et Ait Taleb

Le torchon brûle entre le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani et le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb. À l’origine de cette brouille, des nominations.

Maroc : la réforme du code de travail divise patronat et syndicalistes

La réforme du Code du travail est sur la table des négociations entre le patronat et les syndicalistes au Maroc. La bataille s’annonce intense, puisque les syndicats appellent à...

Maroc : les syndicats enseignants en grève de 48h en décembre

Les syndicats les plus représentatifs du personnel de l’éducation ont décidé d’observer une grève de 48h les 11 et 12 décembre. En cause, la non-satisfaction de leurs...

Benkirane s’était opposé à la nomination de Mohamed Amekraz

Abdelillah Benkirane, secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), affirme s’être opposé à la nomination de Mohamed Amekraz, un des membres de la direction de son...

Ces articles devraient vous intéresser :

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.