Maroc : moins de français dans les administrations

13 janvier 2024 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la ministre de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration à garantir la suprématie des langues arabe et amazighe.

Un constat pour le moins inquiétant. Lors d’une question adressée à la ministre de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, au cours de la séance de questions orales à la Chambre des représentants le 8 janvier, le parlementaire du Rassemblement National des Indépendants, Mohammed Choukri a salué les différentes mesures gouvernementales importantes qui ont permis de redonner ses lettres de noblesse à l’amazigh, y compris le projet d’intégration de la langue amazighe dans l’administration publique et le soutien à son utilisation. Ce projet bénéficie d’un financement de 300 millions de dirhams. Le gouvernement devrait porter ce budget à un milliard de dirhams dans les années à venir. L’élu a également salué « l’effort louable du gouvernement dans les secteurs de l’éducation, de la justice et de l’audiovisuel ». Mais une situation le préoccupe : la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines dont souffrent les Marocains.

À lire :Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

« Malgré ces réalisations sans précédent en matière, la souffrance des citoyens face à la prédominance du français dans les transactions informatiques administratives reste un point noir, surtout qu’elle se fait au détriment des droits des deux langues officielles nationales, l’arabe et l’amazigh », fait observer le président de la Commission des finances et du développement économique de la Chambre des représentants, déplorant l’incapacité du Maroc à dépasser la langue française dans son système informatique administratif. « Nous sommes pour la diversité linguistique dans la gestion administrative, mais elle doit se faire par des moyens réglementés qui ne privent pas les deux langues officielles de leurs droits », ajoute-t-il. Fort de ce constat, l’élu RNI appelle à garantir la suprématie des langues arabe et amazighe en matière de gestion administrative et informatique et à consacrer leur place dans l’administration, l’éducation et les systèmes informatiques qui gèrent l’administration et dans tous les aspects de la vie publique. De quoi contribuer à alléger les souffrances des usagers.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Rassemblement National des Indépendants (RNI)

Aller plus loin

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation...

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a...

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

Les cinéastes marocains ne veulent plus du doublage français

La décision du Megarama Casablanca de projeter la majorité des séances de deux films américains en version doublée en français a provoqué la colère des cinéastes marocains. La...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.