Le Maroc vit sa pire sécheresse depuis 30 ans

8 août 2022 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Maroc connaît actuellement un été plus chaud et plus sec que d’habitude, avec des vagues de chaleur successives qui ont provoqué des incendies dans différentes provinces. C’est la pire sécheresse qui frappe le royaume depuis ces trois dernières décennies, avec des réserves d’eau à seulement 28 % de leurs capacités.

Pour faire face à ces canicules successives qui ont aggravé la pénurie d’eau potable, le gouvernement et les municipalités ont dû baisser le débit d’eau potable et interdire son utilisation pour le jardinage, le lavage des véhicules et le nettoyage des rues. « Nous sommes confrontés à une situation de stress hydrique, l’eau stockée est insuffisante, nous devons prendre soin des ressources dont nous disposons », a expliqué Moulay Ahmed Afilal, adjoint au maire de Casablanca, à EFE.

L’objectif de la ville de Casablanca en adoptant cette mesure est de « sensibiliser les citoyens à l’utilisation rationnelle de l’eau », le temps de trouver des solutions alternatives comme l’exploitation des aquifères et la mise en place de cinq stations d’épuration et d’une usine de dessalement, a ajouté Afilal. Comme Casablanca, les municipalités de Berrechid, Settat ou encore Oujda, ont aussi réduit le débit d’eau potable.

À lire : La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le porte-parole du gouvernement, Mustafa Baitas, a récemment cité d’autres actions urgentes telles que l’approvisionnement en eau potable des principales villes à partir de réservoirs éloignés et la réalisation de forages pour trouver de nouveaux puits afin d’éviter « des perturbations ou des coupures d’eau potable » dans le royaume.

« Le gouvernement aurait dû adopter ces mesures depuis longtemps… Cinquante villes sont menacées par la soif », critique Mohamed Benabou, expert en climat et développement durable. Les réserves d’eau sont à 28,2 % (contre 46 % l’an dernier), le niveau le plus bas depuis quatre décennies, déplore-t-il. Salima Belmkeddem, présidente de l’ONG « Maroc Environnement 2050 », invite pour sa part le gouvernement à rationaliser l’utilisation de l’eau dans l’agriculture et à former les petits agriculteurs. « Nous avons besoin d’une politique adaptée à l’urgence écologique actuelle… », a-t-elle conseillé.

Sujets associés : Casablanca - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à...

Sécheresse au Maroc : interdiction de nettoyage des places publiques à l’eau

Pour faire face à la problématique de détresse hydrique qui menace le Maroc, le gouvernement a demandé aux autorités locales de prendre des mesures urgentes, pour garantir une...

Rabat porte plainte contre les gaspilleurs d’eau

Le non-respect des mesures prises contre le gaspillage d’eau par ces temps de forte pénurie, peut coûter cher. A Rabat, plusieurs citoyens ayant boycotté ces mesures devront...

Maroc : baisse de 67% de la campagne céréalière 2021-2022

La campagne agricole 2021/2022 clôture sur une production céréalière 34 Millions de quintaux, contre 103,2 MQX obtenus, un an auparavant, soit une baisse de 67 %, selon le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Maroc : baisse de 67% de la campagne céréalière 2021-2022

La campagne agricole 2021/2022 clôture sur une production céréalière 34 Millions de quintaux, contre 103,2 MQX obtenus, un an auparavant, soit une baisse de 67 %, selon le ministère de l’Agriculture.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

L’oasis de Skoura se meurt

Située dans la région du Haut Atlas, l’oasis de Skoura est en danger à cause des effets du changement climatique, selon des spécialistes. Elle est l’une des rares encore habitée et compte 20 000 habitants.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de rationner sa consommation.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.