Maroc : la police s’explique sur la disparition d’une mineure à Casablanca

16 avril 2019 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Suite à l’enquête menée par les services de police de Casablanca après un avis de disparition d’une mineure, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) s’explique dans un communiqué.

Dans un communiqué, la DGSN dément la piste de l’enlèvement, de séquestration et de demande de rançon et parle d’un détournement de cette fille âgée de 12 ans. « Les services de la préfecture de police de Casablanca ont reçu, samedi, un avis concernant une disparition suspecte d’une mineure de 12 ans, dont la famille privilégiait la piste d’enlèvement après avoir reçu des SMS exigeant une rançon, ce qui a nécessité l’ouverture d’une enquête judiciaire par la brigade nationale de la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent », est-il expliqué.

Pour la police, la jeune fille « a volontairement quitté chez-elle en compagnie de l’une de ses amies ayant l’âge de la majorité pénale, pour aller séjourner chez elle à Settat, et que c’est elle qui a envoyé les SMS prétendant l’enlèvement ».

L’enquête continue pour déterminer les circonstances exactes de cette affaire, lit-on dans le communiqué qui annonce également le placement en garde à vue de cette amie pour « détournement de mineur ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Police marocaine - Disparition

Ces articles devraient vous intéresser :

Interpol : les 11 Marocains les plus recherchés de la planète

Onze Marocains sont actuellement recherchés par l’organisation de la police internationale : Interpol. Ces individus, sous le coup de mandats internationaux, sont accusés de crimes et délits graves.

MRE : Vacances gâchées par des tracasseries administratives

C’est avec un sentiment mêlé de lassitude et de colère que les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vont commencer à débarquer dans les ports marocains dans les prochains jours.

Maroc : Vaste mouvement de nominations au sein de la police

Abdellatif Hammouchi, directeur général de la Sûreté nationale, a procédé à une série de nominations importantes dans le cadre de la stratégie de consolidation du principe de rotation des postes de responsabilité et de promotion de jeunes compétences...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Abdellatif Hammouchi donne des nouvelles priorités à la police en 2023

Afin de réussir sa mission en 2023, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a défini de nouvelles priorités qui ont été dévoilées, jeudi, lors de la réunion organisée au siège de l’institution.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

La Police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) lance une vaste campagne de recrutement pour renforcer ses effectifs. Près de 6 500 postes sont à pourvoir, couvrant une variété de grades et de fonctions au sein de la police nationale.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

La police marocaine se modernise

La police marocaine s’est dotée de nouvelles voitures, motos et véhicules utilitaires hautement équipés techniquement. Cette dotation s’inscrit dans le cadre d’une vaste opération de modernisation de la flotte de véhicules de police au niveau régional...

La police marocaine exemptée de contrôle de vitesse

Le gouvernement s’apprête à adopter un nouveau projet de décret visant à exempter les véhicules de la police, de la gendarmerie et des forces auxiliaires de l’obligation d’installation d’un dispositif de mesure de vitesse.