Maroc : prison ferme pour avoir insulté un ancien Premier ministre

25 août 2019 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Tribunal de Première instance de Rabat a condamné, le vendredi 23 août 2019, un étudiant à 3 mois de prison pour avoir insulté Abdelilah Benkirane, l’ex-numéro 1 du Parti de la Justice et du Développement (PJD), de "chien" dans un SMS. Saïd est l’un des trois étudiants impliqués dans une affaire de délit d’injure.

Un mot qui conduit un étudiant tout droit en prison. Des trois impliqués dans cette affaire de délit d’injure, seul Saïd est condamné à purger une peine de 3 mois de prison et à payer une amende de 500 dirhams. Les deux autres, Youssef et Mohamed, ont été relaxés les 22 et 23 août derniers.

Selon le récit des faits, Youssef avait demandé à avoir le numéro d’Abdelilah Benkirane auprès de Mohamed pendant la période de l’Aïd al-Adha 1440 afin de l’appeler. Il avait sollicité l’aide financière de l’ex-Chef du Gouvernement pour aller fêter en famille. Ainsi, Youssef a été au domicile de Benkirane, où il a reçu une somme de 200 dirhams.

A son tour, Saïd cherchera également à obtenir le numéro de Benkirane. Il appela l’ex-numéro 1 du PJD pour lui demander de lui restituer des documents qu’il lui avait entre-temps remis. En effet, Saïd les avait remis à Benkirane dans l’espoir d’obtenir une bourse d’études en raison de sa situation sociale. Il est orphelin et un ex-résident de l’orphelinat Lalla Meryem.

Après être entré en contact avec Benkirane, il lui a demandé de lui restituer ses documents. A cette demande, l’ex-numéro 1 du PJD lui aurait raccroché au nez, précise la même source. Cette action appelant à la réaction, Saïd n’hésitera pas à le traiter de « chien » dans un SMS. Blessé dans son amour propre, l’ex-Chef du Gouvernement porte plainte contre les trois individus impliqués dans cette affaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Etudiants - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Prison - Abdelilah Benkirane - Amende

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...