Le Maroc produit 6,5 tonnes de safran

4 novembre 2019 - 05h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Le Maroc produit chaque année quelque 6,5 tonnes de safran. Les données ont été révélées lors du Festival international du Safran qui s’est tenu ce weekend à Taliouine (province de Taroudant).

Selon Saleh Aghzaf, Directeur de l’Office régional de Mise en valeur agricole de Ouarzazate, « plus de 1780 hectares sont destinés à la culture du safran, et la production annuelle est estimée à 6,5 tonnes ».

A l’agenda de la 13ème édition du Festival international du Safran, placée sous le thème, « Le safran de Taliouine, leader des produits du terroir et levier de développement rural », une foire de produits du terroir a été organisée.

Un grand stand a été dédié aux coopératives œuvrant dans la valorisation du safran, très connu dans la région du Haut-Atlas. Il y a également d’autres stands destinés aux produits de l’artisanat et à ceux naturels comme l’argan, les dattes, le henné, l’ail, les roses aromatiques, le miel et les plantes médicinales.

Spectacles, compétitions sportives et ateliers de formation au profit des agriculteurs du safran, pour renforcer leurs compétences en matière de valorisation et de commercialisation de cette matière, étaient aussi au menu.

Sujets associés : Festival - Ouarzazate - Agriculture - Taliouine

Aller plus loin

Le Maroc, quatrième producteur mondial de safran

Avec une production de 6,8 tonnes de safran en 2018 et une superficie de 1.800 hectares cultivée, le Maroc est le quatrième producteur mondial de safran.

Maroc : l’épice la plus chère au monde s’épanouit à Azilal

En 2023, la production de safran dans la région d’Azilal a atteint 1,7 tonne, confirmant l’essor de cette culture prometteuse. Cette épice, connue pour être la plus chère au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Le groupe marocain OCP renforce son soutien aux agriculteurs africains

Dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées alimentaires au niveau international, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a décidé d’intensifier ses efforts pour soutenir les agriculteurs africains. 4 millions de tonnes (Mt) d’engrais...

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.