Maroc : l’épice la plus chère au monde s’épanouit à Azilal

24 février 2024 - 08h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

En 2023, la production de safran dans la région d’Azilal a atteint 1,7 tonne, confirmant l’essor de cette culture prometteuse. Cette épice, connue pour être la plus chère au monde, s’adapte parfaitement au climat de la région et offre aux agriculteurs une alternative lucrative.

La superficie consacrée à la culture du safran s’étend désormais sur 350 hectares, dont 60 hectares dédiés à l’agriculture biologique. Cette pratique respectueuse de l’environnement répond à la demande croissante des consommateurs pour des produits sains et durables.

A lire : Le Maroc, quatrième producteur mondial de safran

Plus de 1 400 agriculteurs, répartis sur 14 communes, dont Ait Bou Oulli, se sont investis dans la culture du safran, indique Rue20. L’altitude des terres cultivées, située entre 900 et 1 800 mètres, offre des conditions optimales pour la croissance de cette plante délicate.

Depuis 2019, un programme de développement de la culture du safran, soutenu par le gouvernement marocain, a permis à 3 000 agriculteurs de recevoir des bulbes de safran. Cette initiative vise à améliorer le revenu des agriculteurs, à renforcer la résilience de l’agriculture locale face aux changements climatiques et à promouvoir le développement durable de la région.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Azilal

Aller plus loin

Le Maroc produit 6,5 tonnes de safran

Le Maroc produit chaque année quelque 6,5 tonnes de safran. Les données ont été révélées lors du Festival international du Safran qui s’est tenu ce weekend à Taliouine...

Le Maroc, quatrième producteur mondial de safran

Avec une production de 6,8 tonnes de safran en 2018 et une superficie de 1.800 hectares cultivée, le Maroc est le quatrième producteur mondial de safran.

Safran : le Maroc triple la surface de l’or rouge

La culture du safran a connu un véritable boom au royaume ces dernières années au Maroc, dépassant de loin les estimations prévues. Communément appelé « or rouge », ce produit...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).