Au Maroc, la population se résigne au prolongement de l’état d’urgence

12 juin 2020 - 12h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Fermé au monde depuis près de trois mois, le Maroc a décidé d’alléger progressivement ses mesures de confinement. Les restrictions strictes et rigoureuses imposées dans certaines villes à haut risque sont décriées par les habitants.

Entre résignation et déception, les populations des grandes villes vivent la nouvelle prorogation de l’état d’urgence décidée par le gouvernement, rapporte l’AFP. Avec ces nouvelles mesures, le Maroc est divisé en deux zones en raison des écarts sanitaires. La première zone, qui compte 61 % de la population enregistre 23 % de cas confirmés au coronavirus. Elle retrouve progressivement une vie presque normale  : déconfinement, circulation sans permis spécial, réouverture des espaces publics en plein air…

En ce qui concerne la seconde zone qui reste confinée jusqu’à nouvel ordre, elle prend en compte les grandes villes, dont 39 % de la population  : la capitale Rabat, le cœur économique du pays Casablanca, la principale destination touristique Marrakech ou le grand port de Tanger. À ce jour, elle affiche 87 % des contaminations sur les 8 455 enregistrés que compte le royaume depuis le début de la pandémie du covid-19. Avec cette prolongation de l’état d’urgence, le port du masque reste obligatoire, les rassemblements interdits, les mosquées, salles de cinéma et théâtres fermés, les restaurants et cafés limités aux commandes à emporter.

Pour le premier ministre, Saad-Eddine El Othmani, le confinement est certes difficile, mais il aura permis au Maroc de sauver des vies. À l’en croire, les indicateurs sanitaires connaissent une amélioration avec le taux de létalité qui se stabilise à 2,5 % ainsi que 92 % des cas légers ou asymptomatiques. “Mais la situation diffère d’une région à une autre, de temps à autre un foyer de contamination apparaît”, a-t-il déploré devant quelques députés.

Si dans les petites villes, c’est la joie de reprendre les vieilles habitudes, dans les grandes villes, c’est la déception totale et la crainte de rester infiniment confinés. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #zone1 a pris la tête des tendances sur Twitter au Maroc. Pour l’heure, les déplacements restent soumis à autorisation exceptionnelle, l’interdiction de sortie pour les enfants et de la pratique du sport en extérieur, sans compter également l’interdiction de visiter le coiffeur.

Plus de deux mois après la fermeture des frontières, le gouvernement n’a toujours pas rapatrié tous ces compatriotes bloqués à l’étranger. En dehors de quelques milliers qui sont rentrés, le plus grand nombre demeure encore bloqué loin de leurs familles. Alors que la Tunisie a décidé d’ouvrir ses frontières aux touristes le 27 juin prochain, le Maroc est dans l’expectative. En attendant la reprise, Rabat a, quant à lui déployé toute une panoplie d’aides pour les entreprises paralysées, les salariés en arrêt de travail temporaire et les travailleurs de l’informel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Gouvernement marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : les mosquées resteront fermées

Le Conseil Supérieur des Oulémas a annoncé, mercredi dernier, que les mosquées seront rouvertes au moment opportun, en concertation avec le ministère de la Santé et les...

Déconfinement au Maroc : la mise en garde du Chef du gouvernement

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani a martelé, mercredi, que l’allègement du confinement sanitaire à partir du 11 juin n’entrainera nullement la levée des mesures...

Déconfinement au Maroc : reprise d’activités chez les franchisés

Les franchisés sont autorisés à reprendre leurs activités, après plus de deux mois de confinement. Selon la Fédération marocaine de la franchise (FMF), toutes les mesures...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Maroc : bonne nouvelle pour les fonctionnaires

Le gouvernement marocain et les syndicats auraient trouvé un accord en ce qui concerne l’augmentation générale des salaires des fonctionnaires.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.