Le Maroc pense à « importer » des compétences étrangères

6 mars 2019 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le Maroc « produit » environ 8.000 profils IT (technologie de l’information) annuellement et à peu près 600 d’entre eux optent pour le travail ailleurs. L’ANAPEC et l’APEBI ont trouvé deux solutions : la facilitation du recrutement des compétences étrangères et la formation de plus de profils marocains.

On voit qu’il n’est pas question de stopper l’hémorragie mais plutôt de faire avec. L’Anapec et l’Apebi, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences et la Fédération marocaine des technologies de l’information de télécommunication et de l’offshoring, ont conjointement réfléchi à une solution non pour lutter contre la fuite des profils IT mais pour visiblement pouvoir se passer d’eux. A en juger par les solutions retenues : la facilitation du recrutement des compétences étrangères et la formation de plus de profils marocains…

D’après certaines sources, il existe trois entreprises étrangères qui viennent chaque quinzaine recruter, à chaque fois, une dizaine d’ingénieurs marocains. Et cette voie de départ vers de nouveaux horizons n’en est qu’une parmi d’autres.

Cette fuite des compétences marocaines, en plus de la forte demande de profils IT au Maroc dans cette période de transformation digitale, produit une baisse de compétitivité des entreprises locales en plus de sérieux dommages occasionnés à l’attractivité du Maroc en tant que destination pour les investissements étrangers.

Reste à savoir, entre autres, pourquoi ces compétences étrangères désirées au Maroc le choisiraient quand beaucoup de compétences marocaines le quittent ? Si c’est possible de les attirer au Maroc autant retenir les autres, non ?

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fuite des cerveaux - Emploi - Anapec

Aller plus loin

Maroc : les entreprises en proie à une pénurie de compétences

Les entreprises marocaines sont confrontées au manque de personnel qualifié, notamment dans des secteurs clés.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux parties.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

La stratégie du Maroc pour s’imposer dans la sous-traitance aéronautique

Depuis 25 ans, le Maroc travaille à s’imposer dans la sous-traitance aéronautique mondiale. Quelle stratégie a-t-il défini pour atteindre son objectif ?