Recherche

Le Maroc pense à « importer » des compétences étrangères

© Copyright : DR

6 mars 2019 - 19h30 - Maroc

Le Maroc « produit » environ 8.000 profils IT (technologie de l’information) annuellement et à peu près 600 d’entre eux optent pour le travail ailleurs. L’ANAPEC et l’APEBI ont trouvé deux solutions : la facilitation du recrutement des compétences étrangères et la formation de plus de profils marocains.

On voit qu’il n’est pas question de stopper l’hémorragie mais plutôt de faire avec. L’Anapec et l’Apebi, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences et la Fédération marocaine des technologies de l’information de télécommunication et de l’offshoring, ont conjointement réfléchi à une solution non pour lutter contre la fuite des profils IT mais pour visiblement pouvoir se passer d’eux. A en juger par les solutions retenues : la facilitation du recrutement des compétences étrangères et la formation de plus de profils marocains…

D’après certaines sources, il existe trois entreprises étrangères qui viennent chaque quinzaine recruter, à chaque fois, une dizaine d’ingénieurs marocains. Et cette voie de départ vers de nouveaux horizons n’en est qu’une parmi d’autres.

Cette fuite des compétences marocaines, en plus de la forte demande de profils IT au Maroc dans cette période de transformation digitale, produit une baisse de compétitivité des entreprises locales en plus de sérieux dommages occasionnés à l’attractivité du Maroc en tant que destination pour les investissements étrangers.

Reste à savoir, entre autres, pourquoi ces compétences étrangères désirées au Maroc le choisiraient quand beaucoup de compétences marocaines le quittent ? Si c’est possible de les attirer au Maroc autant retenir les autres, non ?

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact